Partagez| .

Passage Eclair [PV Nana Abaraï]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité

Invité




MessageSujet: Passage Eclair [PV Nana Abaraï] Lun 12 Mar - 15:59

Première Visite Au Château De L'Infini


Tranquillement dans son Duplex, c'était actuellement ainsi que se trouvait Karot si vous voulez tout savoir. Il était encore tôt comme toujours lorsque le jeune homme venait de se réveiller. Il était six heures du matin pour être plus précis car je sais que certaines personnes aiment avoir des données précises ce que je peux parfaitement comprendre étant donné que cela ajoute de la clarté à l'histoire et améliore parfois la compréhension pour la suite des événements bien que je ne pense pas que ce sera le cas pour cette histoire-là, enfin... On ne pouvait pas savoir ce que nous réservait le destin en fin de compte alors je ne serai capable de vous dire quoi que ce soit quant à ce qu'il allait se passer dans les heures à venir pour le jeune homme qu'était Karot. De toute façon, ce n'était pas intéressant de pouvoir tout prédire, où passait donc la surprise ? L'appréhension et tous ces sentiments humains qui étaient à la fois désagréables pour certains mais aussi tellement importants pour d'autres. Par exemple, Karot ne ressentait presque jamais l'appréhension mais lorsqu'il la ressentait, cela était un signal important de danger que son instinct lui lançait et ça évitait justement les mauvaises surprises. Enfin bref, j'ai l'impression que je suis un peu en train de me perdre et de m'éloigner du sujet qui se trouve être le principal actuellement.

Alors comme je le disais, Karot était tranquille dans son Duplex aux alentours de 6h du matin, il était en train de s'entraîner dans sa salle d'entraînement spéciale. Oui, c'était ça qu'il appelait être tranquille, vous trouviez que c'était un mauvais qualificatif ? Bah, pour le jeune homme c'était plutôt tranquille de s'entraîner à fond avec ses poids et tout ça pendant plusieurs heures. Bien entendu, il avait tout fait pour que ce soit dur donc c'était difficile mais c'était justement ça qui était le plus bon dans l'histoire, il souffrait souvent au niveau de ses muscles à la suite de ces entraînements quasiment inhumains mais cela lui prouvait au moins qu'il s'améliorait et c'était le principal tant qu'il n'était pas gravement blessé suite à un entraînement ce qui serait stupide ou plutôt devrais-je dire ironique vous en conviendrez bien n'est-ce pas ? Mais inutile de parler du pire alors que cela n'était encore jamais arrivé jusqu'à ce jour et puis... Au vu de la capacité curative qu'ils avaient au sein de cette Famille de Yakuza dont il était issu, il n'avait pas à s'inquiéter si il était blessé, le personnel médical le soignerait sans doute en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire mais bon... Il n'aimait pas profiter de son statut de futur Boss de la Famille Ryuu contrairement à ce que l'on aurait pu croire au vu de sa position.

Enfin bref, comme on disait si souvent, il ne fallait pas se fier aux apparences. Quoi qu'il en soit, après plusieurs longues heures d'entraînement, Karot était enfin sorti de la salle d'entraînement qu'il avait d'ailleurs malheureusement quelque peu endommagé. Il faudrait qu'il pense à réparer les murs et les câbles de l'ordinateur qui jouait le rôle de simulateur au plus vite, ceux-ci avaient été détruits d'une manière totalement involontaire mais qu'il valait tout de même mieux taire pour le bien de tous, si si je vous assure. Alors passons si vous voulez bien ? Vous ne voulez pas ? Tant pis, c'est moi qui décide de toute manière. Pour le moment, Karot était en train de prendre un long bain pour se défaire de toute sa crasse et se détendre avant d'aller vers sa destination de la journée, le Château de l'Infini. Pourquoi allait-il là-bas ? Disons qu'il avait ses raisons que vous apprendrez bien vite si le destin est clément avec vous. De toute façon, il était l'heure de manger là alors on parlera de cela plus tard. Alors qu'allait-il bien pouvoir manger aujourd'hui pour son repas de midi? Il avait envie d'énormément de choses, il décida qu'il devrait peut-être prendre les trucs au hasard, de toute façon il aimait tout ce qu'il y avait chez lui, même les légumes, il n'était pas très difficile même si il était extrêmement riche.

Il finit par sortir de chez lui, il serait peut-être temps qu'il passe son permis moto maintenant qu'il y pensait, enfin bref. Il avait du temps devant lui alors il décida d'aller à pied jusqu'au Château de l'Infini, de toute manière ce n'était pas ce qu'il ferait à l'extérieur du Mugenjô qui comptait, c'était ce qu'il ferait à l'intérieur... Car c'était à l'intérieur de ce dernier qu'il courait le plus de risques en définitif. Les bandits de l'extérieur n'étaient en rien inquiétants pour une personne du niveau du jeune Karot mais... Parallèlement à cela, il n'était pas sûr d'être assez fort pour survivre longtemps dans le Mugenjô, enfin... C'était aussi ça qui rendait les choses intéressantes, la petite boule qu'il avait dans le ventre n'était pas de la peur mais de l'excitation, énormément d'excitation pour être sincère avec vous. Plus il approchait du lieu-dit plus il se sentait excité mais bon, pour le moment il n'était qu'à l'extérieur alors... Lorsqu'il serait à l'intérieur il serait sûrement aussi excité qu'il était inquiet la première fois qu'il y était venu avec son père quelques temps auparavant. Il finit par voir l'entrée de ce dernier, toujours aussi peu accueillant, ce n'était pas très étonnant vous me direz mais bon tout de même, cela restait à chaque fois quelque peu saisissant, enfin c'était peut-être parce que c'était que la deuxième fois qu'il venait en ces lieux réellement et la première fois seul.

Maintenant, il était enfin au début de la zone basse, celle qui était la moins dangereuse du Château de l'Infini mais qui était tout de même un des endroits les plus dangereux de tout Shinjuku pour vous dire à quel point le Mugenjô pouvait être effrayant. Mais pour le moment, le jeune homme n'avait pas eu trop de problèmes, bon il avait dû cogner sur quelques personnes qui avaient tenté de l'agresser pour lui prendre tout son argent mais rien de plus quoi. C'était sans doute la routine en ces lieux et il fallait dire qu'avec ses vêtements neufs et tout ça, il faisait un peu tâche dans le décor mais que voulez-vous ? Il s'était habillé très simplement mais il n'avait pas pensé à des dizaines de choses lorsqu'il s'était habillé, est-ce qu'il était bien habillé ? Voilà la seule chose à laquelle il avait pensé, comme souvent. Enfin, il n'était pas nécessaire de se prendre la tête plus longtemps sur cela, ce n'était que des petites frappes de toute manière et puis, l'un d'eux lui avait servi, comment ? Il lui avait donné des informations qui allait l'aider à faire ce pourquoi il était venu en ces lieux. Vous vous demandez toujours de quoi je parle ? Eh bien, je vais arrêter de vous faire languir, il cherchait Nana Abaraï, vous savez la fille qu'il avait rencontré quelques semaines auparavant alors qu'il exécutait son premier boulot en tant que récupérateur. Grâce aux indications de l'homme, il ne mit pas longtemps à la trouver et s'approcha d'elle avec son sourire habituel, qui n'allait pas du tout avec l'ambiance mais bon.


"Hey Nana, je te cherchais. Je te dérange pas j'espère ? Cela fait quelques temps maintenant, ça me fait plaisir de te revoir, ça va comme tu veux ici ?"
Revenir en haut Aller en bas
Aria Zanelli

Admin explosive

avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 11/11/2011

MessageSujet: Re: Passage Eclair [PV Nana Abaraï] Lun 12 Mar - 20:51

Visite qui peut tourner au drame


Le temps paraissait long, ou plutôt interminable, un peu comme s'il s'était arrêter et qu'on ne pouvait espérer le changement. Quand on perd la notion du temps, tout devient rapidement ennuyeux et même frustrant, on attend quelque chose pour nous sortir de là mais quoi ? Dans cette immense pièce vide il n'y avait rien, que se soit à faire où bien à voir. Une vaste pièce d'un blanc sale, aussi vide qu'un lieux après une guerre dévastatrice, sans pour autant y trouver un tas de cadavre encore chaud. C'était horrible que d'être enfermer dans une cage immense sans rien, bon c'est vrai qu'en échange, le fait qu'il y avait justement rien apportait une sécurité mais ça restait horrible. Une sorte de camisole de force où espérer devient impossible, asphyxié par le silence pesant de l'inexistence de quoique se soit. Même une prison de condamné à mort semblait être un lieux de vie plus acceptable et moins terrible que cette immense pièce vide remplit de se silence angoissant. En même temps entre un silence glaciale et le bruit constant des os briser, des chaires déchirer dans des hurlements d'agonies, le choix était bien difficile, car au finale, les deux ambiances sonores finiraient au même résultat : la folie. Et oui même le plus innocent des silences, à la longue peut peser sur votre esprit à tel point que sans rien dire, il vous entraine doucement dans la plus ample des folies, une folie bien profonde, discrète qui peut se révéler fatale pour votre entourage qui ne s'en sera même pas rendu compte.

Ce cadre de vie peu idyllique était pourtant celui d'un ange, un ange qui était tomber par erreur du ciel et qui avait échouer dans le pire endroit de que pouvait porter la terre, un endroit pourrit, ronger par toutes les ordures que pouvait produire la race humaine, un endroit encore pire que l'enfer le plus brulant en somme. Mais cet ange ne s'en plaignait pas, peut être parce que justement c'était un ange. Mais comment un ange aussi pure pouvait vivre dans un endroit aussi souillé par les pires crimes du monde ? À vrai dire personne ne le savait, elle vivait c'est tout. Peut être qu'au fond elle attendait l'élément déclencheur qui allait la faire sombrer elle aussi dans cette décadence de humanité, et sa pureté immense se transformerait pour faire d'elle l'être le plus ignoble au monde ? Car oui, si elle devait se transformer en un démon, alors elle serait le pire d'entre eux, c'était indéniable, et tous pouvaient être d'accord sur ce point. Le but du jeu alors était de protéger cette ange de l'ambiance macabre dans lequel il s'épanouissait, lui éviter de se nourrir des choses morbides qui l'entourait et qui le pourrirait jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien à faire pour le sauver que de lui ôter la vie, mettant fin à son règne de terreur. C'était cruel comme solution que de tuer un être pure qui deviendrait un fruit de la perversion humaine sans n'avoir rien demander, mais serait il plus heureux mort que de savoir qu'il deviendrait un monstre semblable à ses bourreaux ?

Par chance le malheur de sa transformation était encore loin, cet ange n'aspirait à rien d'autre qu'au changement. Enfermer dans sa cage de solitude, elle rêvait de gouter à nouveau à la chaleur qu'elle avait connu une fois. Ce n'est pas que la présence de son compagnon Pluto la dérangeait, bien au contraire, elle l'aimait énormément, il était un peu tout pour elle, mais voilà, il y avait quelqu'un d'autre. Depuis que sa route avait croiser celle d'Agon, quelque chose avait changer en elle, et pour la première fois, elle se languissait de revoir quelqu'un. Elle ne saurait même pas dire combien de temps cela faisait depuis leur séparation, moins d'une semaine, ça elle était sûr, mais tout de même, ça lui semblait loin, trop loin qu'elle en souffrait. Malheureusement elle ne pouvait parler de lui en présence de son compagnon robotique, dès qu'elle en parlait elle avait remarqué qu'il ne disait plus rien après sans comprendre pourquoi. Ce petit ange était bien trop innocent pour comprendre ce qu'était la jalousie. D'ailleurs depuis cette rencontre avec ce tueur à gage, sa relation avec l'ordinateur avait changer, il semblait plus autoritaire et froid qu'avant, peut être se faisait elle des idées, à vrai dire elle ne saurait vraiment le dire. Du coup elle gardait le souvenir de ce garçon recouvert de sang précieusement dans son esprit et son cœur.

Mais il y avait une chose qu'elle avait bien comprit lorsqu'elle l'avait rencontré : elle était faible et lui était d'aucune aide. Cette idée l'horrifiait, un ange incapable d'aider autrui, quelle horreur, c'était la pire chose qui puise être pour elle. Pour palier ce faite, Pluto l'aidait, enfin c'était pour elle et elle seule qu'il le faisait. Puisque physiquement elle était faible et qu'il lui faudrait des années d'entrainement pour acquérir de la force, une solution plus simple pour survivre dans le château de l'infini fut trouvé, une solution à sa mesure et que seul un être virtuel pouvait faire. Par chance, avec toutes les expériences subits sur son corps, on ne pouvait pas vraiment dire qu'elle était une humaine pure souche, elle avait une partie de virtualité depuis qu'elle était brancher à des appareilles électronique. Modifier la réalité virtuel fut alors la solution. Normalement c'est une chose que seule les archives du Mugenjô peut faire, mais un enfant virtuel avait réussit à trouver une faille et à l'utiliser, et elle avait bien trouver cette faille elle aussi en essayant de se connecter au archive. Une épreuve difficile qui avait manqué de le lui bruler les ailes tel Icar qui volait trop près du soleil. Elle n'était pas encore très doué, mais elle avait réussit à faire des petites failles, lui permettant de disparaître, malheureusement elle réapparaissait pas très loin de là où elle avait disparut, le maximum qu'elle avait fait était 60 mètre, mais avec de l'entrainement elle espérait agrandir cette distance.

Aujourd'hui c'était journée repos, elle passa donc sa journée tranquillement installer sur Pluto à regarder la télévision, tout en jetant de temps à autre un coup d'œil sur l'écran de surveillance de la zone basse. Peut être qu'elle finirait par y voir un visage connu qui sait. Entre deux épisodes de dessins animés bien loufoque, elle repéra un visage qu'elle avait déjà vu à l'extérieur, elle s'en souvenait bien puisqu'elle l'avait rencontrer lors de sa fugue, juste avant son retour ici. De son instinct protecteur envers les autres, elle s'inquiéta pour lui, et demanda à son ami si elle pouvait aller le sauver. Pluto aurait bien voulu dire non, mais il l'empêchait déjà de sortir plus que de raison, et en plus les sucreries commençait à manquer, il n'allait pas en plus lui interdire de tenter de sauver un ami, il passerait pour un monstre à ses yeux. À contre cœur il l'envoya alors dans la zone base en lui fabriquant un chemin virtuel, en peu de temps elle se retrouva alors dans les bas fond du château. En revanche elle n'était pas tomber là où lui il était, et elle était dans une rue marchande, enfin presque, à vrai dire il ne restait que des vieux plats périmés en vente. Les temps étaient dure. Elle tourna dans tous les sens quand soudain c'est lui qui vient à elle, sur le coup elle lui fit un grand sourire toute heureuse se le revoir, mais se rappela vite d'Agon plein de sang après être entrer dans le Mugenjô avec elle.

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Karot ? Mais qu'est ce que tu fais là c'est dangereux il faut partir vite !


Sans attendre sa réponse elle lui prit la main pour fuir le danger qui planait au dessus de leur être de jeune enfant, là elle créer a une brèche et ils disparurent de là où ils étaient, laissant des êtres bouche bée devant leur disparition. Là il se retrouvèrent dans une petite ruelle vide qui menait directement à la sortie du château. En voyant ça elle était contente, se disant qu'elle avait réussit à aller un peu plus loin que son record, de peu, mais quand même un peu plus, mais elle réalisa vite qu'en faite ce n'était qu'un coup de pouce de son robot protecteur. Tant pis ça serait pour une autre fois. Bref, quoiqu'il en soit, là question n'était pas là, ce qu'elle voulait savoir, c'était pourquoi cet être de l'extérieur venait dans les profondeurs de l'enfer.

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Désolé pour se changement d'endroit. Je suis contente de te revoir Karot, tu ne me dérange pas mais qu'est ce que tu fais là ?

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Si l'ironie était faite de framboises, nous aurions de quoi faire un certain nombre de tartelettes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Passage Eclair [PV Nana Abaraï] Mer 14 Mar - 13:53

Eh bien, c'était vraiment express.


Eh bien, on pouvait en effet dire que l'ambiance qui régnait dans le Mugenjô était telle celle dont se souvenait le jeune homme quant à sa première venue ici. Rien de bien plaisant malheureusement mais ce n'était pas pour lui que c'était le plus triste mais bel et bien pour les personnes qui étaient forcées d'y vivre jour après jour. Il ne semblait pas facile de s'échapper de cet endroit et puis... S'échapper pourquoi faire ? On avait beau dire, lorsqu'on était resté dans une telle prison aussi longtemps, on devait avoir du mal à trouver ses repaires à l'extérieur. Les Hommes qui vivaient ici étaient un peu comme des animaux, de véritables bêtes féroces qu'il ne valait mieux pas remettre en liberté sans avoir repris leur éducation de zéro dans un certain sens. Le fait était que, lorsqu'on avait pas encore perdu la raison cela allait mais... La plupart des personnes qui vivaient ici, surtout au niveau de la zone basse avaient perdu la raison depuis bien longtemps... Ils ne pouvaient ni sortir du Mugenjô, ni atteindre la Belt Line sans mourir dans la minute. Ils étaient coincés au niveau le plus ingrat du Château de l'Infini bien qu'il ne soit pas le plus dangereux. Dans un certain sens, Karot était triste lorsqu'il voyait cela mais... D'un autre côté, que vouliez-vous qu'il puisse y faire ? Il n'était pas Dieu et ne possédait pas ses pouvoirs.

Enfin bref, comme je vous l'avais précédemment dit, Karot avait retrouvé la jeune femme qu'était Nana Abaraï, il semblait qu'elle était en train de chercher quelqu'un lorsqu'il la croisa et c'était d'ailleurs pour cela qu'il s'était demandé si elle était occupée et de ce fait si il ne la dérangeait pas mais bon... Elle ne répondit pas vraiment à cette question en réalité, enfin... Pas directement en tout cas, elle commença d'abord par sembler plutôt heureuse de le voir, enfin comme lorsqu'on avait pas vu quelqu'un depuis longtemps quoi mais quelques secondes plus tard... Il sembla qu'elle était soudain paniquée et elle lui signala à quel point c'était dangereux ici lui demandant au passage ce qu'il faisait ici, il était un peu sur le point de répondre mais... Nana le prit par la main sans même lui laisser le temps de répondre et quelques secondes plus tard ils étaient dans un lieu totalement différent proche de la sortie du Château de l'Infini, Karot ne comprenait pas vraiment ce qu'il s'était passé à l'instant pour être sincère avec vous. Il avait eu l'impression que la jeune femme avait ouvert une brèche dimensionnelle qui lui avait permit de se déplacer d'un endroit à un autre ce qui semblait d'ailleurs être le cas. C'était presque comme de la téléportation en réalité, eh bien... Vraiment étonnant comme endroit le Mugenjô.

Eh bien, il semblait que Nana était enfin plus calme et qu'il pouvait désormais y avoir une discussion entre eux enfin... Vous me direz que Karot ne pouvait pas comprendre les raisons qui avaient poussé la jeune femme à faire cela mais même si c'était bien vrai, il savait une chose... C'était qu'elle l'avait fait pour son propre bien et sa sécurité ce qui était extrêmement gentil, cela ne l'étonnait pas de Nana d'ailleurs. Elle avait beau avoir été une chef de Gang de filles, l'un des plus puissants de Shinjuku si ce n'était le plus puissant d'ailleurs d'après les souvenirs de Karot, elle n'en demeurait pas moins une jeune fille extrêmement douce et attentive aux autres. Enfin bref, c'était vrai que c'était une chose qui l'avait amené dans cet enfer, il n'y était pas allé par plaisir et il n'était pas assez prétentieux pour pouvoir prétendre à tester sa force au niveau de Belt Line, pas encore tout du moins mais ce jour arriverait plus ou moins vite de toute manière. Il était en tout cas heureux d'entendre qu'il ne la dérangeait pas, il n'aimait pas s'imposer dans la vie des gens voyez-vous. Mais bon, il était bien gentil à penser ainsi mais peut-être était-il temps de donner une réponse à Nana, par respect premièrement et parce que laisser un blanc dès le début d'une conversation... C'était vraiment pas cool et ça n'avait aucun intérêt.

"Eh bien disons que j'avais besoin de ton aide et que je m'inquiétais légèrement de ton état. Nous devrions peut-être en parler chez moi si tu veux bien ?"
Revenir en haut Aller en bas
Aria Zanelli

Admin explosive

avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 11/11/2011

MessageSujet: Re: Passage Eclair [PV Nana Abaraï] Mer 14 Mar - 15:40

Tu as besoin de moi ?


Tout était bien compliqué pour un appareil robotique pourvut de sentiment, car la maitrise de ceux-ci n'est pas suffisante ce qui représente un danger pour la personne concerné par ceux-ci. Oui la situation était bien compliqué pour l'être robotique baptisé Pluto par son créateur, voulant rappeler la mythologie grec, bien que la prononciation des dieux en Japonais et loin d'être totalement semblable à l'originale. Le pauvre être mécanique ne savait pas comment faire, il voulait la garder pour toujours près de lui, il refusait qu'elle sorte et encore moins qu'elle voit d'autre personne. Depuis qu'il l'avait retrouver il se refusait à l'idée de la partager. Mais voilà, s'il la gardait enfermer trop longtemps elle risquait de mourir, et de tenter de fuir à la longue, bien que ce ne soit nullement son genre, elle était bien trop douce pour le blessé en le fuyant, elle serait capable de se laisser mourir juste pour ne pas lui faire de peine. Elle l'aimait son ordinateur sans pour autant se rendre compte qu'il éprouvait de l'amour maladif, à la limite d'une jalousie qui pourrait causer sa perte. La petite Nana était son ange en cage, pour lui, pour toujours. Il ferait tout pour la protéger, bien qu'il n'y arrive pas lorsqu'elle est en compagnie d'un autre. Aujourd'hui encore, le pauvre devrait souffrir de ses sentiments dangereux.

Cependant malgré tout, cette fois il l'avait aidé alors que lorsqu'elle était en danger avec cet ignoble tueur du nom de Agon, il n'avait rien fait, il ne saurait même pas dire si sur le coup il n'aurait pas préféré la voir mourir plutôt qu'être avec un autre que lui. Si Pluto l'avait aider cette fois, en l'aida à aller plus loin que son record habituel c'était uniquement dans l'espoir que le garçon qui n'avait pas le type asiatique s'en aille rapidement sans demander son reste. Il ne le connaissait pas que rien que le fait qu'il soit proche d'elle, l'insuportait au point qu'il le détestait déjà. Mais le cœur de Nana était bien trop pure pour comprendre des sentiments aussi noir, et son envie d'aider ses semblables étaient plus trop grande pour y prêter attention, Karot était en danger et pour elle il fallait le sauver, peut importe ce que son ordinateur géant pouvait penser. C'était uniquement pour le jeune homme d'ailleurs qu'elle c'était rendu dans la zone basse, généralement elle ne s'y rendait qu'en cas d'urgence, mais depuis que son ordinateur pouvait la faire sortir à l'extérieur pour faire les courses, il ne l'envoyait plus aux marcher de l'horreur des bas fonds du châteaux.

Ce qu'il y avait de bien avec ce château de l'infini, c'est que c'est un lieu particulier, on ne sait pas s'il est réel ou non, on dit qu'un dieu y vit, mais sans savoir si ce dieu à un quelconque rapport avec les archives ou pas. D'ailleurs ce lieu étrange possède des archives qui savent tout sur le monde, depuis son commencement jusqu'à maintenant tout s'y trouve, et même plus, on peut y voir le futur qui est écrit. Ce lieux étrange que le Mugenjô, bien qu'il soit basé sur une architecture normalement réaliste, en vérité personne ne pouvait vraiment le prouvé, on ne savait pas où elle commençait et où elle se terminait, car la réalité virtuel pouvait changer du jour au lendemain. C'est pour cela qu'un ordinateur pouvait réussir à la moduler, et puisqu'elle n'était plus tout à fait humaine, elle y arrivait, pas aussi bien qu'elle le voudrait mais elle y arrivait.

Grâce à cela, elle avait pu mettre son ami en sécurité, dans la zone basse, comme dans le reste du château, on est jamais trop prudent. Depuis qu'elle n'avait plus de gang elle mettait toute sa volonté non plus à protéger ses membres, mais protéger tous ceux qu'elle croisait, comme Karot. Sa qu'il lui dit la surprit haut plus haut point, jamais elle n'imaginait qu'on puisse avoir besoin d'elle, enfin depuis qu'elle n'avait plus son groupe. C'est sur un ton enjoué qu'elle lui répondit.

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Tu t'inquiétais ? C'est gentil mais il ne faut pas, j'ai l'habitude maintenant. Tu … tu as besoin de moi ? Tu es sûr ? Je sais pas faire grand chose tu sais, j'ai jamais rien apprit, mais euh je veux bien si tu pense que je peux le faire. Je te suis !

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Si l'ironie était faite de framboises, nous aurions de quoi faire un certain nombre de tartelettes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Passage Eclair [PV Nana Abaraï] Jeu 15 Mar - 13:09

Allons-y alors.


Le jeune homme se demandait bien ce qu'il se passait vraiment au Mugenjô, au niveau le plus là où tout était contrôlé... Où il était question du passé, du présent et même du futur. Il se demandait comment cela pouvait-il être possible, c'était tout de même incroyable vous êtes d'accord ? Encore pour le passé, c'était possible d'y croire même si il semblait difficile de pouvoir conserver toutes les traces du passé durant des siècles et des siècles pour ne pas parler en terme de millénaire mais... Même si cela semblait assez peu possible cela demeurait toujours croyable dans un certain sens mais... Pour ce qui était du futur, comment pouvait-il être concevable de prévoir le futur ? Bon, c'était peut-être comme les voyants et tout ça mais, même si le jeune homme y croyait légèrement il se demandait bien comment cela pouvait se passer. Il ne croyait pas véritablement au destin, enfin si mais il avait sa propre interprétation de celui-ci... Quel était-il ? Pour lui, c'était l'Homme lui-même qui décidait de son instinct de manière inconsciente simplement par les actions qu'il exécutait au cours de sa vie. Après tout on disait bien qu'on récoltait ce qu'on semait et des trucs du genre non ? C'était bien ce que cela voulait dire dans un certain sens même si ce n'était pas forcément la réalité en fin de compte.

Eh bien, il était sûr que le château de l'infini était un univers à part du reste du monde. Il n'avait pas vécu dans les deux mondes mais seulement dans un des deux, le paradis sans doute par rapport au Mugenjô, mais il voyait déjà à quel point les deux endroits étaient différents. Pour preuve, il était presque sûr que le pire des crimes dans le monde où vivait Karot n'était qu'une banalité dans le Mugenjô et il avait des raisons d'être sûr de cela... Il n'était pas resté longtemps dans la zone de basse mais il avait vu un nombre incalculable de cadavres, plus qu'il n'en avait jamais vu dans toute sa vie en moins d'une minute, c'était assez impressionnant ne pensez-vous pas ? En tout cas, la jeune femme l'avait sans aucun doute sauvé d'énormes souffrances grâce aux pouvoirs qu'elle possédait dans cet univers étrange, et maintenant il avait besoin d'elle et elle en semblait très contente ce qui fit plaisir à Karot. On ne devait pas souvent la solliciter dans l'univers de sauvage dans lequel elle habitait, elle n'avait jamais rien appris hein ? A part la mécanique sans doute mais passons. Comme elle était prête à le suivre, il lui demanda de le suivre avec son sourire habituel jusqu'à ce qu'ils arrivent à son fameux Duplex où ils entrèrent. Ils allèrent dans l'une des salles personnelles de Karot, un de ses salons si vous préférez, il lui proposa à boire et à manger comme tout bon hôte et lui proposa bien entendu de s'asseoir avant d'enfin lui parler de ce qui l'avait amené à lui demander son aide.


"J'ai cru comprendre que tu étais une bonne mécanicienne non ? Est-ce que tu voudrais travailler avec moi en tant que telle ? Parce que je me rends compte que j'ai souvent besoin de réparer des choses ici et que je n'en suis pas toujours capable... Enfin, je mets énormément de temps pour des trucs qui te sembleraient sûrement simples. Qui plus est, cela pourrait peut-être te permettre de t'améliorer encore plus puisque tous les appareils se trouvant ici sont à la pointe de la technologie actuelle. Je te payerai bien sûr, cela me semble logique."
Revenir en haut Aller en bas
Aria Zanelli

Admin explosive

avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 11/11/2011

MessageSujet: Re: Passage Eclair [PV Nana Abaraï] Jeu 15 Mar - 14:26

Je ferais mon possible promi !


Les archives du Mugenjô, maitre suprême du château de l'infini, peut être supérieur au Dieu de celui-ci, voir même que ceux sont eux qui forme le l'entité qu'on appel Dieu. Depuis qu'elle c'était connecté aux archives sans vraiment le vouloir, trop jeune pour comprendre ce qu'on lui faisait subir, le petit ange avait décider de percer un jour le mystère des archives. Lorsqu'elle y avait été connecté elle avait pu voir son passé, où plutôt sa conception et sa naissance, des images particulièrement choquante pour son esprit fragile car la violence de ses deux actes normalement d'amour avaient été des plus ignobles et inimaginable. De la barbarie pure qui représentait à merveille l'horreur du château de l'infini. Nana n'avait jamais connu ses parents, sa mère étant morte cela lui serait difficile, quand à son père si jamais elle devait le recroiser de nouveau, elle le maudirait, priant pour sa mort pour ce qu'il avait fait à sa mère. Paradoxalement, s'il n'avait pas commit le crime qu'il avait fait, elle ne serait jamais venu au monde. Peut être que ça aurait été mieux pour elle de ne jamais voir la lumière du jour en n'ayant jamais existé, cela lui aurait évité bien des souffrances inutiles pour l'ange qu'elle était, qui ne pourrait pas survivre bien longtemps dans un monde aussi salit par la crasse des déchets de l'humanité. En échange elle n'aurait jamais connu certaine personne qui lui était maintenant importante, mais ce peut de bonheur était-il suffisant pour compenser l'horreur de son existence ? Ce qui est sûr c'est que la vérité changerait à jamais la vision du monde pour ceux qui la connaitrons, car lorsqu'on la connait, on sait pourquoi le futur est décider d'avance, comme un dé pipé.

Après cette jeune fille du nom de Himiko, Karot avait reconnu son talent de mécanicienne, bien qu'il ne l'avait encore jamais vu à l'action, mais elle ferait tout pour qu'il ne soit pas déçut c'était certain. Quoiqu'il arrive, il fallait toujours donner le meilleur de soi-même, c'est ce qu'elle pensait. Suivant son ami, elle était toute heureuse à l'idée de pouvoir l'aider, quoi de plus important pour un ange que d'aider ses semblables après tout ? Sur le chemin pendant qu'il lui parlait elle se rappela de la jeune fille à la peau basanée dont elle avait réparé la moto, elle avait été gentille de lui donner de l'argent pour quelque chose qui n'avait pas prit beaucoup de temps. D'ailleurs est ce qu'elle la reverrait un jour ? Cette fille avait les yeux d'une personne qui avait connu une grande souffrance, un peu comme elle, mais en différent, elle ne saurait l'expliquer, mais ce dont elle était sûr c'est que cette Himiko connaissait le château de l'infini et qu'elle y retournerait un jour. Enfin pour le moment elle répondait toute sourire à Karot.

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Oui c'est vrai que j'aime beaucoup réparer ou fabriquer des objets ! D'ailleurs il y a quelque jour j'ai réparer une moto d'une jeune fille qui était détruite surement dans un accident. Alors si tu veux que je t'aide pas de souci, je ferais aussi vite que possible ! Promis !


Soudain en s'écoutant parler elle réalisa, fabriqué des objets, mais oui les deux armes à feu puissante à qui elle avait tenté d'intégrer la réalité virtuel du Mugenjô ! C'était bien ses armes que le tueur à gage utilisait, et elle marchait contrairement à ce qu'elle avait pensé. Il avait des armes créer par elle … en se le disant dans sa tête elle avait le coeur qui se serrait et se sentait presque rougir.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Si l'ironie était faite de framboises, nous aurions de quoi faire un certain nombre de tartelettes.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Passage Eclair [PV Nana Abaraï]

Revenir en haut Aller en bas

Passage Eclair [PV Nana Abaraï]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» APRES LE PASSAGE D'ANDRE APAID
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe
» Duo Nana Mouskouri ,Charles Aznavour
» Passage du 3eme au 4eme Age
» anecdote sur le passage de Napoléon à Buigny-St-Maclou (80)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'affaire Woodsmoke :: Zone calme :: Corbeille-