Partagez| .

It's too easy ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Aria Zanelli

Admin explosive

avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 11/11/2011

MessageSujet: Re: It's too easy ~ Mar 31 Jan - 11:02

Je suis si minable si faible !


Le manque de motivation était flagrant, elle espérait qu'il ne l'avait pas remarqué mais elle n'était pas bien douée pour cacher ses sentiments, son visage était bien trop expressif et en plus elle les exprimait toujours impulsivement avant même d'y réfléchir. Pour certain c'était une qualité mais ça relevait plus du défaut, surtout au sein du château de l'infini car avoir des sentiments était un des plus grands signes de faiblesse qu'on pouvait voir, et les monstres qui y vivaient aimaient prendre un malin plaisir à réduire en charpie les sentiments des gens pour leur laisser qu'une expression d’effrois gravé a vie sur leur visage. Déjà qu'il n'y avait pas beaucoup de liberté, les plus cruels se plaisaient à détruire même la liberté d'expression de chacun, la seul liberté qui pouvait exister là bas. Dans sa cage de solitude elle pouvait s'exprimer, personne ne lui dirait quoique se soit, mais à quoi bon s'exprimer dans le vide ? Il n'y avait aucune utilité à parler si personne ne vous écoutez, que se soit pour se plaindre ou encore proposer des idées d'amélioration. D'une certaine façon même si elle pouvait exprimer sa liberté de pensée, elle ne le pouvait pas réellement, surtout que si un jour elle le faisait dans un endroit où des gens pourraient l'entendre, elle serait abattu sur place pour avoir oser s'exprimer librement. À l'extérieur aussi ça lui était arrivé, personne ne l'écoutait, elle n'était pour eux qu'une petite métisse abandonné et sale, aux foyer on ne lui donnait que peu d'importance, et à l'école, aucun professeur ne l'avait défendu contre les sévices que lui avaient fait subir certaine fille de son école qui ne supportait pas le faite qu'une métisse à tête blonde soit là. Dans cet immense hall, elle repensait à tout cela, se demandant ce qu'elle vivrait aujourd’hui dans la zone basse, ce qu'elle verrai. Rien de bien différent de d'habitude, c'était toujours la même chose, le jour où le bonheur y régnerait ça se saurait.

La main chaude qui se posa dans son dos la rassura, pour ne pas paraître faible elle prit alors une grande inspiration. Agon marcha alors devant, ouvrant ainsi la marche, c'était la meilleure chose à faire vu sa motivation inexistante, elle aurait marché d'un pas lent. Elle aurait préféré marché plus près de lui, enfaite elle avait même voulu lui agripper le bras pour éteindre sa tristesse et calmer son stresse, mais s'il la laissait un peu en retrait c'est qu'il avait une bonne raison, et comme à son habitude elle ne s'en plein pas. Tout paraissait pourtant banale, elle rentrait juste chez elle, ce n'était pas la première fois et surtout la dernière, mais cette fois elle n'était pas seule à faire la route, au fond d'elle, elle était contente, si seulement la route pouvait durée longtemps … Un espoir bien vain puisqu'il habitait non loin du Mugenjô. Au bout d'un moment, elle perdit la peur qu'elle avait et marchait d'un pas beaucoup plus normal, regardant les alentours normalement, comme si elle se rendait dans un endroit parfaitement saint qui n'avait rien à voir avec l'enfer. Même la foule ne lui faisait plus peur grâce à la présence du garçon. Soudain elle sentit la chaleur d'une main dans la sienne, elle la regarda en souriant, cette chaleur la rendait plus heureuse que n'importe quoi d'autre. Sans s'en rendre compte, elle serrait un peu plus cette main instinctivement, sans se douter de ce qu'il faisait, bien trop préoccuper par la joie qu'elle avait en ce moment, marchant de manière insouciante le sourire aux lèvres. Nana ne se rendit même pas compte du cri de douleur qu'un homme venait de pousser, faut dire que ce genre de cri elle en avait entendu tous les jours, elle ne les remarquait presque plus, elle remarqua juste qu'il marchait un peu plus vite sans pour autant se préoccuper de la raison à ce changement de rythme. Elle avait confiance alors elle le suivait sans crainte, pas besoin de se poser de question.

Sauf que voilà le chemin tranquille prit fin, le château était là, imposant, effrayant, rien qu'en le voyant on ressentait l'aura morbide qui s'en émanait, comme si le spectre de la mort l'entourait, un sourire malsain sur les lèvres avec sa faux menaçant de vous faucher à tout moment. S'arrêtant un moment devant, elle porta son petit regard sur le jeune homme qui s'allumait une nouvelle cigarette, avant de pénétrer dans la zone du château. De loin ou pouvait voir que les rues de la zone basse était toujours pareille, une odeur de putréfaction dans l'air mélanger à des effluves de drogue. D'un coup elle ne vit plus rien, elle avait à peine entre vu trois personne proche d'eux, surprise elle voulu savoir ce qui se passait mais la voix d'Agon l'en dissuada. C'était sa veste qu'elle avait sur la tête, c'était lui qui lui avait mit dessus pour ne pas qu'elle voit, ses paroles lui avait glacé le sang pendant une seconde. Non pas parce qu'elle avait peur, mais parce qu'elle avait comprit ce qu'il allait se passer. Elle compta alors timidement dans sa tête, une boule au ventre qui l'empêchait de compter correctement, fermant d'instinct les yeux à chaque bruit de coup de feu et au son des corps sans vie tombant lourdement sur le sol. Ça ne servait pas à grand-chose puisque de toute façon elle ne pouvait rien voir à cause de la veste. En repensant au son des tirs, elle avait vraiment l'impression de les connaitre. Lorsqu’il lui reprit la main elle la serra cette fois très fort, la mort était proche d'eux, ce qui était normal puisqu'il était un ange de la mort, alors que elle un ange de la vie. Ce n'était pas pour elle qu'elle avait peur, mais pour lui, elle avait l'habitude de voir les gens autour d'elle mourir sans jamais que se soit son tour. Maintenant c'était à elle d'ouvrir la marche, de le guider jusqu'à chez elle, jusqu'à Belt Line. Commençant elle reprendre la route, elle fouilla du regard les environs, se penchant un peu par moment espérant trouver le chemin de Pluto mais rien, il n'en avait pas fait cette fois. Elle était triste.

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Il n'a pas fait de chemin … Il va falloir qu'on y aille de nous même ...Pardon ...


Elle serra un peu plus sa main, elle avait envie de pleurer. Ce n'était pas parce qu'elle avait peur de mourir non, c'était parce qu'elle se sentait misérable qu'elle en avait envie. Le petit ange savait à quel point Belt Line était un enfer, combien ça serait dangereux pour eux d'y aller et elle n'avait pas envie qu'il y retourne, lui qui avait réussit à en sortir elle se sentait mal très mal à l'idée qu'il y risque sa vie en s'y rendant avec elle mais pourtant elle était incapable de lâcher sa main. Serrant fort son autre main à sang, se forçant comme jamais à ne pas verser de larme, elle marcha d'un pas faussement assuré, prenant les passages qu'elle connaissait bien, évitant le plus possible les endroits les plus dangereux pour qu'il n'ait pas à utiliser plus que de raison ses armes de mort, passant parfois sur des toitures mal terminé, jusqu'à enfin rejoindre la zone centrale. Là on y voyait comme dans un four, la luminosité était faible, ça rendait l’atmosphère encore plus angoissant. Elle ne distinguait même plus correctement le pull trop grand qu'elle portait sur elle pour seul vêtement. Prenant une grand inspiration comme lorsqu'elle sortit du hall, elle s'avança à l'intérieur de Belt Line, mais trop tard, c'était comme s'ils n'étaient que des petites souris pris au piège avant même de s'en rendre compte. Un monstre qui n'avaient rien d'humain, autant par ses bras semblables à ses serres de rapace et sa taille bien trop inhumaine, fonça droit sur elle, pire qu'un taureau lancé au galop. Par panique elle jeta Agon sur un coté avant de le rejoindre pour éviter la première charge, de ce monstre dont elle ne voulait même pas voir l'apparence horrible qu'il avait.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Si l'ironie était faite de framboises, nous aurions de quoi faire un certain nombre de tartelettes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: It's too easy ~ Jeu 9 Fév - 0:54

† Come back †



Mon come back, enfin, mon nouveau come back au Mugenjô avait démarré sur les chapeaux de roues. Trois corps gisaient au sol. C’était certes trois pourritures, cela faisait longtemps que je n’avais pas tué des gens, comme ça, juste parce qu’il semblait dangereux. Je me rassurais en connaissant l’endroit qui nous entourait, ne me faisant aucune inquiétude sur leur vrai nature. Vu leur démarche, leur style, leur visage, il n’y avait aucun moyen pour qu’ils viennent vers nous juste pour demander l’heure ou leur chemin. Ils étaient menaçants, mais tout de même, les gens dont j’ôtais la vie le méritait, je punissais seulement les petits voyous ne voyant pas la chance qu’ils avaient, comme ce gamin essayant de me voler. Oui, il ne méritait pas de perdre sa main, mais il l’a retrouvera, et il y réfléchira à deux fois avant de revoler quelqu’un. Eux, ces trois hommes, étaient totalement différent, ils étaient certes menaçants, dangereux, crapuleux, mais à cause de quoi ? Du château, de la pourriture y naissant, de la crasse s’y déposant, du crime qui y régnait. Ils n’avaient jamais eu le choix, c’était vraiment comme si je me tirais dessus. J’avais plus de classe qu’eux, mais j’avais du tuer plus d’homme qu’ils avaient fait de méfaits. Je ne m’en voulais pas vraiment, j’avais au moins mis fin à leur souffrance, à leur vie médiocre, que dis-je, leur vie misérable. Mais au delà de ce bon argument pour ma conscience, j’avais mis fin à leur vie, tout court. Plus jamais ils n’auraient de chance de s’en sortir, ils semblaient si vieux, et devait être pourtant si jeune. Mais ce n’était pas le moment de faire une minute de silence pour eux. Je repris la veste à la fin du décompte, j’avais été précis. Je souriais même si l’envie n’y était pas vraiment. Nana semblait apeurée légèrement, mais pas pour sa vie. Les coups de feu, les corps tombant au sol, le sang, elle connaissait forcément vu l’endroit où elle vivait. Le problème était que je prenais des risques, et, même en l’ayant rencontré seulement aujourd’hui, je savais qu’elle devait s’inquiéter. Avant que nous avancions un peu plus, je posais un genou à terre, les deux mains sur ses épaules, je pris la parole.

« Ne t’inquiètes pas, j’ai grandi ici. »


Je cherchais à la rassurer, et à atténuer son inquiétude. Elle n’avait pas de chemin sûr préparé par son robot de compagnie. Elle était désolé, et ça me faisait mal au cœur de la voir si troublée. Je ne comptais de toute manière pas prendre le chemin le moins dangereux, mais le plus rapide. Au Mugenjô, tout est un rapport de force. Ce n’est pas qui sera le plus fort réellement mais qui sera le plus rapide, le plus prévoyant. Malgré les gens qui y traînaient, leur force était totalement inégale, mais le plus rapide pouvait très bien lui tirer une balle entre les deux yeux, et c’était terminé. Belt Line et Babylone était différent de la Zone Basse, les plus forts, les plus riches dominaient, s’entourant d’hommes de mains faisaient la sale besogne pour eux, créant des meurtriers, des voleurs, des créatures les plus dégueulasses qui soient. Et j’en étais une, dans l’ancien temps. Nous continuons donc d’avancer dans la Zone Basse, cela faisait longtemps que je n’étais plus passé par les petits chemins. Nana ouvrait la marche, bien que cela me déplaisait, je n’avais pas le choix, je ne connaissais plus la route, plus du tout. Je me sentais épié, et cela devait être pour la raison que pas mal de yeux devaient nous regarder, nous observer. En effet, souvent quelques courageux viennent vous abordez, les autres regardent, et s’il y a de l’argent à se faire, tous s’entre tuent, c’était la triste vérité. Nous ne risquions plus rien au sein de la Zone Basse, une fois les quelques courageux morts, les autres tenaient trop à l’espoir pour essayer quoique ce soit. S’ils voulaient mourir, ils seraient déjà mort depuis un bon moment...

Nous arrivions donc enfin à Belt Line, j’eus à peine de comprendre ce qui se passait, que je me retrouvais en déséquilibre. Très vite la scène s’afficha, et je pus réagir rapidement, assez pour ne pas perdre le petite Nana. Une bête monstrueuse, des bras griffés comme les aigles royaux, une taille dépassant les normes bestiales fonçait sur nous. Nana me poussa légèrement, je voulu l’engueuler sur place, mais ce n’était pas le moment. J’avais que peu de solution, ce genre de situations étaient pas si communes dans la vie normale. Je n’étais plus habitué, mais je savais réagir vite, et heureusement pour nos vies. Dans l’élan créé par Nana, je pus sortir l’arme qu’il me fallait : Hadès. Ce flingue assez large, plutôt d’une figure moderne, noir comme la mort. Fermant un œil pour viser assez juste dans ma chute. Je préparais déjà mon autre action.


« Styx Shot. »


Une longue balle et épaisse, tournoyait à une vitesse incroyable, pour percer un trou dans la trachée du monstre. Il me fallait plus de temps pour trouver son point faible. Ce monstre créé par le château n’allait pas être si facile à abattre, ou alors, il en restait encore une vingtaine à avoir. Mais au moins, le coup dans la trachée allait le diriger vers moi. Le véritable soucis était que j’avais déjà utilisé trois balles spéciales d’Hadès, plus celle là, il m’en restait quatre à jouées avant que l’arme ne se bloque pendant le rechargement. Je priais pour qu’on ne tombe pas sur trop de monstres, à tout les coups les balles normales ne sont pas suffisantes pour le toucher. Le regard fixe, je reprenais mes appuis. La bête venait de prendre la balle, le sang coulait beaucoup, mais elle semblait encore en vie, et plutôt en forme. Je refermais un œil, et m’écriais une nouvelle fois.

 " Hell Shot. » Une balle non munie de poudre mais d’essence, avec le contact au sol, le feu prendrai rapidement. Un cercle se formait autour de Nana. « Restes où tu es ! »

Avec les flammes l’entourant, elle ne verrait pas grand chose du reste, et elle n’aura perdue que de la transpiration. C’est un moindre mal vis à vis de sa vie. La bête fut éloignée par le feu, elle s’attarda sur moi, ce qui était une bonne chose, et une mauvaise à la fois. Trois balles spéciales pour Hadès, je tirais quelques coups à munitions réelles, la bête ne les sentit même pas. Je rangeais Hadès pour prendre Zeus dans mes mains. Ce flingue était mon préféré, long, west coast, argenté. Je fermais, le bras tendu, le pouce chargeant l’arme. Je ressentais les pas de la bête, et lorsqu’elle fut à quelques centimètres du bout du pistolet. J’ouvrais les yeux, tirant une belle spéciale de cette arme.

« Divine Punishment. »

Le coup imparable, à la base utilisée comme balle traceuse, elle faisait beaucoup de dégât à bout portant. Le crâne de la bête explosa, son corps avec. Je fus expulsé à quelques mètres derrière. Pendant ce temps là, le feu se calmait. Je me relevais, tapotant les flammes avec ma veste que je laissais cramer, laissant Nana marcher dessus pour ne pas se brûler. Je riais légèrement pour la remettre à l’aise. Et pris la parole.

« Bizarrement, le Mugenjô ne me manque pas trop.. »


Je continuais de rire un peu, avant de lui laisser reprendre la route. Elle avait eue sûrement assez peur pour moi pour avoir méritée de ne pas être engueulée parce qu’elle m’avait poussé alors qu’elle aurait dut s’écarter. Je souriais, tant de souvenirs revenaient, malgré tout ça, une petite nostalgie revenait. C’était amusant, d’une certaine manière....

Revenir en haut Aller en bas
Aria Zanelli

Admin explosive

avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 11/11/2011

MessageSujet: Re: It's too easy ~ Ven 10 Fév - 22:50

Ne me laisse plus !


On peut avoir l'habitude de quelque chose, en être désabusé, lorsque c'est quelqu'un qu'on apprécie et à qui on tient qui fait cette chose pourtant si habituel, ça vous parait soudain différent de d'habitude. Les coups de feu, ses bruits sourds de corps sans vie tombant sur le sol pourris, c'était des bruits ambiants qui l'avait bercé depuis son enfance, elle les connaissait par cœur comme une douce et sombre mélodie d'agonie, mais cette fois celui qui en était le chef d'orchestre elle le connaissait, elle l'appréciait. Ce n'était plus un simple bruit d'ambiance, c'était le son de leur symphonie, celle de leur retour à l'intérieur du château de l'infini. C'était un ange de la mort, contrairement a elle, il n'avait pas peur de voler des vies pour survivre. Les mains de la petite était encore blanche de tout crime comprenant la vie d'autrui, juste quelque combat et un mort involontaire, et encore elle n'était pas responsable de sa mort, il avait juste glisser en essayant de l'attraper. N'allez cependant pas croire qu'elle allait s'émouvoir à en pleurer de la mort de ses trois individus qu'elle ne connaissait ni d'Ève ni d'Adam, elle était certes un peu triste, c'était quand même trois vie qui venait de disparaître sous ses yeux d'ange de la vie, mais si Agon avait juger que leur mort était obligatoire pour survivre alors soit, elle le laisserait faire, elle avait confiance. La petite regardait le faux sourire qu'il affichait sur son visage, elle avait peur, peur qu'il lui arrive quelque chose. Il essaya de la rassurer en se mettant à sa hauteur, mais son sentiment d'inquiétude ne disparaîtrait jamais. C'est vrai il avait lui aussi grandit dans le Mugenjô, il savait quel genre d'endroit c'était, il avait une arme à feu toujours sur lui, il venait d'ôter la vie de trois personnes froidement comme si c'était naturel. Oui il venait vraiment de ce château de l'infini et en avait l'essence contrairement à elle qui était incapable d'être aussi violente pour voler la vie à qui que se soit ! Elle était loin d'être aussi forte que lui, et soudain elle se sentait toute petite et inutile.

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Je sais mais c'est pas une raison !


Et elle se sentait encore plus inutile que contrairement à ce qu'elle avait espéré, Pluto ne lui avait fait aucun chemin sécurisé. Un malaise naissait dans son cœur, savoir que sans se chemin la vie d'Agon serait encore plus exposé en danger la rendait triste à en pleurer. À cause de ça il allait risquer encore plus sa vie et elle se sentait coupable, alors que ce n'était pas vraiment de sa faute, c'était Pluto qui faisait les chemins. S'il devait lui arrivé quelque chose jamais elle ne s'en remettrait, jamais. Pourquoi fallait-il que cet ordinateur soit si jaloux hein ? Tant pis, il fallait donc qu'elle choisisse le chemin à prendre, ce n'était pas le plus agréable, mais c'était celui qu'elle connaissait le mieux. Par moment elle fermait les yeux lorsque des vies se faisaient fauchées, elle avait l'impression que l'ombre de la mort planait au dessus de leur tête, sa faux se trouvant proche de leur gorge. Des frissons la parcourait sa course mais elle ne faiblissait pas, il fallait qu'ils aillent à Belt Line, c'était pour la raccompagner après tout qu'il c'était aventuré ici.

Ces frissons étaient néanmoins plus que justifier, et la lame de la faux c'était rapprocher de leur gorge à en laisser une marque presque, car à peine arrivé au niveau centrale du Mugenjô, un monstre créer par cet enfer leur tomba dessus comme un lion sur sa proie. Bien que du point de vue du monstre c'était plus un vautour ce jetant sur une carcasse, car pour lui, les deux jeunes gens étaient déjà ses cadavres à ses pieds. Poussant Agon pour lui éviter tout danger dans un réflexe de panique, elle s'écarta elle aussi. L'ambiance sonore de la zone centrale était d'un habituel silence sinistre digne d'un cimetière, elle pouvait parfaitement entendre le son des armes à feux de son ami. Plus aucun doute possible elle connaissait ses armes ! Ses yeux s'écarquillèrent de surprise pendant qu'il lançait son attaque, elle regarda la puissance de la balle, elle la connaissait bien, que trop bien même, dire qu'elle se demandait ce que ses jouets étaient devenus. Mais pas le temps de s'émerveiller devant ses petits bijoux, le monstre avait prit Agon pour cible, et ça lui faisait peur, et alors qu'elle voulait se rapprocher de lui elle fut stoppée net par le nom de l'attaque, non pas qu'elle la connaissait, mais c'était parce que c'était vers elle qu'il visait, la piégeant ainsi dans un cercle de flamme. Elle comprit tout de suite pourquoi il avait agit ainsi, mais elle n'en avait rien à faire, elle avait bien trop peur qu'il lui arrive quoique se soit contre un tel monstre !

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Agon non !!! AGON !!!


Elle était terrorisé, plusieurs scénario morbide traversait son esprit fragile, imaginant la mort du pauvre garçon de manière plus abject les unes que les autres. Les larmes lui montaient aux yeux, et bien qu'elle s'était rapprocher des flammes, elles ne s'évaporaient pas. Tombant sur les genoux, elle attendait, la peur au ventre, le cœur serré, elle avait mal, cela faisait bien longtemps qu'elle ne s'était plus inquiété autant pour quelqu'un, elle en avait oublié la douleur que cela procurait. Elle était pourtant la reine pour les sentiments d'inquiétude. Tout ce qu'elle pouvait faire c'était attendre en priant pour qu'il ne lui arrive rien, enfin prier, qui pouvait-elle bien prier ? Ce n'était pas le Dieu du Mugenjô qui allait leur venir en aide, puisqu'il était le créateur de ses monstres. Mais elle restait là, retenant ses larmes en silence, écoutant le son des balles, espérant qu'il ne soit pas blessé, jusqu'à ce qu'enfin elle voit une veste atténué les flammes et derrière celui qu'elle attendait. Sans même faire attention à la veste qui était entrain de brûler, ce qui était bien dommage, elle le regarda rire, sortant une vieille phrase et elle se mit à courir vers lui. Elle lui sauta dessus et le serra fort, le plus fort possible, enfouhant sa tête contre lui pour éviter de pleurer trop fort, mais les larmes coulaient le long de ses joues.

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Espèce d'idiot j'ai eu peur ! Me laisse plus jamais toute seule ! J'ai eus si peur ...


Continuant de le serrer fort, elle lui donna un petit coup avec son poing pour lui montrer qu'elle n'était pas contente de la peur qu'il lui avait donné. Le coup fut bien ridicule, puisque toute sa force était pour le serrer, et encore même si elle devait lui mettre un vrai coup, la force qu'elle avait ne lui ferrait pas grand chose. Toute la scène se passait sous le regard autre fois bienveillant de Pluto, qui s'énervait de plus en plus dans son coin, elle était trop proche de lui beaucoup trop proche. Il hésitait sur la suite de la situation, pouvait-il se permettre d'envoyer un monstre les séparer ? Le risque qu'elle meurt était grand, mais le risque qu'il y reste aussi l'était autant ...

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Si l'ironie était faite de framboises, nous aurions de quoi faire un certain nombre de tartelettes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: It's too easy ~ Sam 11 Fév - 3:42




Agon Miaki




    Mugenjô – Belt Line



    « Si Dieu existe, j’espère qu’il a une bonne excuse. »

    Woody Allen.


    Le retour au château de l’infini ne fut des plus plaisants. Alors qu’Agon cherche le chemin de la demeure de Nana, ils furent stoppé par trois hommes et un monstre. Dans le quartier de son enfance, Agon retrouve une connaissance...


Lights – Ellie Goulding.



« ~ What’s up ~ »



Le monstre restait là, gisant sur le sol, dans son liquide visqueux qui devait lui servir de sang. Le souffle rapide, je calmais mes esprits. C’était une situation dangereuse, je devais être plus attentif, moins flâner, je ne pouvais ni me permettre de me reprendre un coup, ni qu’elle ne soit touchée par quoique ce soit. Et si le Mugenjô m’envoyait un signe, nous étions lié après tout, si mon but, si mon échappatoire était de sortir cette jeune innocente d’un monde dans lequel elle n’a rien avoir. Et si ma vie était faite pour l’aider dans cette tâche, c’était possible, mais je ne pouvais pas prendre une décision si importante. Oui, on parlait de toute mon existence, même si cette gamine me semblait proche, que nous avions cette chose en commun, ce sentiment d’avoir tout connu ensemble alors qu’on ne se connaissait pas. C’était quelque chose d’étrange, je me souvenais avoir entendu des gens parler de ce genre de choses. Ce contact qu’on peut lier rapidement. Mais cela dépendait des personnes, de leurs caractères, et ça me troublait, car même si je ne suis pas sociable, que je suis une cause perdue, Nana avait ce côté attachant. Cette pureté et cette innocence la rendait tellement iréelle. Cet attrait devait jouer sur cette sensation. Je me remettais de ces idées en libérant la jeune demoiselle de sa prison de flamme. Dès qu’un petit passage fut créé, je la vis se ruer sur moi. m’entourant de ces bras, serrant fort. Un câlin, n’est ce pas ? Je me souvenais de ça, de ce sentiment rassurant lorsqu’une personne appréciable vous faisait un câlin. La seule personne ne m’ayant jamais faites de câlin affectueux comme ceux là était ma mère. Son doux parfum revenait presque à mon odorat. Des larmes coulait sur son visage pleins de souffre. Sa tête enfouis dans mon ventre, je posais délicatement ma main sur sa petite tête blonde. La caressant pendant qu’elle m’engueulait. Je souriais, non pas parce que c’était touchant, ou même parce qu’elle se contredisait entre ses gestes et ses paroles, mais parce qu’elle n’avait rien, à part une frayeur et du noir sur les joues. M’allumant une clope, je recrachais la fumée, la tête vers le ciel, comme pour le remercier. Le remercier de toutes cette merde qui nous donnait...

Elle m’offrit un coup de poing, je souriais face à la puissance, et pour marquer le coup, je réagissais, me pliant et me libérant de son étreinte, faisant semblant de souffrir, abusant sur chaque sons émit de ma bouche.



« Le prochain méchant je te le laisse. »


D’un air très sarcastique, je riais. Et oui, qui a dis que je ne pouvais pas être comique ? Je reprenais ma cigarette en bouche, sortant un mouchoir, essuyant ses joues d’un mélange de larmes et de souffre. Je lui souriais, je passais ma main derrière son dos et nous continuons de marcher vers chez elle, ou elle serait plus en sécurité. Enfin, je disais ça mais j’espérais qu’elle le soit réellement. Le Mugenjô, et encore plus Belt Line, abritait les pires fous furieux qu’on puisse connaître. Babylone City était différente, cette partie était très crainte car les gens étaient dangereux, mais la plupart étaient sains d’esprit. Enfin, pour le Mugenjô. A Belt Line, c’était différent, en plus d’être dangereux, ces gens étaient fou, littéralement, et pire encore, c’était des gens désespérés. Totalement démunis de valeurs, de fierté, ou même de rancoeur, certains avaient sûrement tellement faim qu’il pouvaient vous arrachez vos membres, et ne même plus s’en souvenir l’heure qui suivait. Ayant plus de drogues dans le corps qu’ils n’avaient de sang, ils n’agissaient plus selon eux mais selon leurs instincts. Le retour au règne animal, mélangeant cannibalisme et folie. Et je ne parle que des hommes, des gens tous nés de viols abusifs ou abandonner lâchement. De l’autre côté il y avait les créatures du château, comme celle que je venais d’abattre, ou comme d’autres personnes bien plus dangereuses. Si j’avais appris une chose du Mugenjô, c’est que la taille du monstre n’est pas proportionnelle à sa force, loin de là. Nous continuons d’avancer, je reconnaissais un peu mieux, j’avais vécu près d’ici. Nous passions par quelques chemins assez glauques. Alors que Nana marchait un peu plus devant pour guider mes pas timides, je me retournais parfois, tuant les quelques essais d’assassinat à distance. J’avais munis Zeus de son silencieux, bien que le son restait audible pour la jeune fille, ça masquait les apparences un minimum. Je cherchais à la préserver, mais si elle n’apprenait rien, surtout après avoir abattu trois hommes et un monstre...

Nous passions dans un endroit que je connaissais très bien, la rue principale de mon enfance. Nous étions en plein dedans, lorsque je faisais encore du gang de Huu. Nous marchions, lentement, je ralentissais le pas. Comme si je revivais mes souvenirs. Ma tête me faisait mal, comme si je perdais le contrôle. C’était donc ça, le lien du Mugenjô, ce lien si fort. Moi qui cherchait pourquoi on le surnommait le château de l’infini, la théorie qui expliquait que c’était qu’on était marqué à vie par ce dernier, retombant dans la folie du lieu semblait désormais la plus correcte. Je m’arrêtais un instant, jetant ma clope, prenant ma tête entre mes mains. Des coups de feus s’enchaînaient dans ma tête, du sang, beaucoup de sang, des cadavres aussi. Je me voyais les entasser, ne m’arrêtant plus de tirer. La vision était horrible c’était comme si je la vivais en direct live. Je tombais à genou, je ne voyais plus rien devant. J’entendais plus Nana, quel bordel ! Tout redevenait plus normal, j’avais l’impression avoir été en enfer pendant quelques heures, et seulement quelques minutes s’étaient écoulées. Je revenais à moi, et mon unique envie était de faire couler du sang. Tuer, c’était comme si ce n’était plus moi, comme si mes yeux ne voyaient plus des gens mais que des cadavres. La marque du château. Je retombais dans mon enfance, juste un monstre sans pitié qui tuait sans remords. Je le voyais bien que quelque chose clochait, mais toute cette réflexion fut coupée par un applaudissement des mains, venant de derrière moi. Je me relevais, plaçant instinctivement Nana derrière moi, une silhouette avançait. Alors que je me retournais, une voix s’ajouta à la silhouette.



« Le grand retour d’Agon. La petite larve qui rêvait de liberté est revenu. Quel exploit.. »


Sans même avoir vu sa face horrible, j’avais reconnu Sai. Il avait été le bras droit de Huu, mon ancien boss. Il n’était pas là lorsque j’avais buté tout ce petit monde dans le quartier général. Il était tellement fidèle à Huu, qu’il se serait coupé la tête s’il lui ordonnait de le faire. Il devait me haïr à un point inimaginable. Je pourrais même parier sur le fait qu’il est passé toutes ces années à m’attendre. Les lieux allaient devenir dangereux. Son visage apparut, il n’avait pas changé, très élancé, les lunettes rondes, la coupe en arrière et très sombre, un personnage très très obscure. Mon envie de tuer était bien présente, et ça n’allait pas être jolie, je poussais légèrement Nana pour qu’elle se décale, et qu’elle parte se cacher rapidement. Elle allait découvrir ce côté que j’avais, cette face que jamais j’aurais voulu dévoilée, ni même retrouvée. La bonne vieille époque revenait, et ce n’était pas pour le meilleur. Je ne dis pas un mot, je sortais mes deux flingues, un dans chaque main. Sai se battait bien, très bien même. Il utilisait une arme spéciale, une sorte de fusil, tirant deux balles par deux, ces munitions n’avaient aucunes limites. Ma seule alternative était de l’abattre, ou il le ferait, et je n’osais pas imaginer ce qu’il ferait à Nana si elle n’arrivait pas à fuir. Mais, étrangement, je n’avais pas peur, toutes ces pensées s’échappaient petit à petit, l’envie du meurtre prenait le dessus, la haine et le sang, seul cela comptait. Alors qu’il arma son arme aussi, je tentais ma chance. Il était loin, mais je visais bien, une arme normale partit en direction de sa tête. Mais il continuait d’avancer. Le cou tordu, je repensais qu’il était une de ses créatures crées, totalement fictives, et pourtant si réelles.



« Oneshot, c’est ça ton p’ti nom ? Laissez moi rire.. »


Rapidement, il courait vers moi, tirant ses balles. Je réussis à esquiver, avec difficulté, mais il ne m’avait pas touché. J’entendais son rire sadique, et plus le son parvenait à mes oreilles plus je devenais dingue. Je me déplaçait latéralement, tirant quelques balles, j’eus l’impression de toucher, mais, je ne pus pas voir ce qu’il se tramait. Il riait encore. A couvert derrière une poubelle qui ne ressemblait à rien, ses balles perforait le tout. Il courrait toujours vers moi, son assurance l’avait déjà tué. Je me m’étais à découvert, je n’avais pas assez de balles spéciales sur Hadès pour l’utiliser pour l’instant. Mais Zeus avait un peu de réserve. Je tirais un enchaînement, dans un seul et unique but.



« Divine Punishment.. »


La balle suivit sa trace, mais il n’était pas abruti, même malin le saligaud ! Il tira sur ma balle pour qu’elle explose mais il n’avait pas prévu la suite. Il venait donc de s’arrêter, plus facile à avoir d’un coup.



« Thunder Shot! »


La balle paralysante dans ses jambes stoppa ses mouvements. Malheureusement je n’avais pas assez de balles pour l’avoir. Il arma et tira deux de ses balles me transperçant littéralement. Une finissa le travail de l’après midi, décapant mon épaule gauche, et la deuxième transperça mon ventre. La douleur était forte, mais tout ce sang me mit hors de moi. J’avais perdu le contrôle. Malgré la douleur, je devenais fou.



« Angel Shot !!! »


Je finissais mes balles par ce tir, toutes redescendirent sur Sai, je continuais en lui tirant des balles normales dans le corps avec mes deux flingues. Mes bras pouvaient d’eux mêmes. Je continuais jusqu’à mon essoufflement. Quand la fumée s’écarta de Sai, il était accroupit. Il riait, encore. Il était en vie, des trous plein le corps, le sang coulant. Il avait de la chance de pas être vraiment humain. A partir de là, tous mes espoirs tombaient. J’avais peu de balles, j’étais blessé, et je ne savais pas ce que je faisais. Il se releva, riant encore, je le regardais, les yeux fermés. Il courra vers moi. Je tournais la tête, voyant Nana, effrayée, sûrement en larmes. Et là, je savais que je n’avais pas le droit de laisser tomber. Je revenais à moi, enfin. Alors qu’il avait troqué son fusil avec une dague, il s’approchait de moi à vive allure, le sourire aux lèvres, riant comme un sadique. Je levais mon bras avec le peu de force qu’il me restait. Hadès dans la main droite, je n’arrivais pas à viser. Il esquivait mes balles. Je m’efforçais à tenir droit, le bras tendu. Je reprenais mes esprits, plaçant toute ma volonté. Le regard fixe, plus qu’à quelques centimètres de mon canon. Le coup partit.



« Styx...shot.... »


Sa tête fut broyée, son sang giclait sur mes vêtements déjà assez tâchés. Je vomissais un peu de sang. J’étais mal au point, j’enlevais ma chemise, la plaçant comme bandage sur ma blessure au ventre. L’épaule était peu atteinte, elle avait déjà été ouverte, le sang coulait moins. Je rallumais une clope, j’en aurais fumée aujourd’hui. Je regardais une nouvelle fois Nana, et, toujours avec le sourire.



« J’avais raison, j’aurais du te laisser.. »


Après un petit laps de temps, je m’approchais doucement. Je n’avais pas le courage de m’accroupir, ni même d’aller trop près d’elle. J’avais un peu péter les plombs il y a dix minutes à peine. Je me laissais tomber sur les genoux, les yeux mouillés. Je finissais par quelques mots.



« Désolé.... »






[ Sorry je t'offre peu de débouché, mais après je te laisse carte blanche sur mon perso, on retourne jusqu'à chez toi. Donc soit on termine par un évanouissement x), soit par je retourne chez moi.]
Revenir en haut Aller en bas
Aria Zanelli

Admin explosive

avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 11/11/2011

MessageSujet: Re: It's too easy ~ Dim 12 Fév - 1:20

Ne meurt pas je t'en supplie !!!


Malgré toute la peur et l'inquiétude qu'elle ressentait au fond d'elle, Nana trouvait la force de sourire au bêtise d'Agon, le fait qu'il arrive a faire semblant d'avoir mal au petit coup qu'elle lui donnait la rassurait, si elle n'avait pas été si inquiète, elle aurait surement rit de son comportement. L'heure n'était pas à la plaisanterie pourtant, mais il trouvait quand même la force de le faire, cela lui rappela les grands de son groupe d'enfant des bas fonds du château, un des plus grands garçon faisait toujours n'importe quoi pour réconforter les autres, même quand un massacre avait eut lieux. Sauf que dans cette situation, c'était Agon l'auteur du massacre, si toute fois on pouvait appeler ça un massacre. Il est vrai qu'un cadavre gisait sur le sol dans un état innommable, mais c'était un monstre qui avait tenter de lui tuer juste avant, peut-on alors appeler un actes de survie un massacre ? Non. Même le petit Ange ne pourrait lui en vouloir pour ce qu'il avait fait, elle était bien trop occuper à le serrer contre elle en le tapant. À sa phrase, elle souleva un peu sa tête pour mieux de voir et lui fit un large sourire, le laissant essayer ses joues et vit avec surprise la couleur que prenait le mouchoir. Elle n'avait même pas fait attention à ses joues qui avait noircis à cause du feu.

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
D'accord,comme ça tu n'aura pas à risquer ta vie encore une fois.


Lâcha-t-elle d'une petite voix avant de reprendre la route avec lui. Regardant le sol, elle se demandait si elle était mauvaise d'être contente qu'il soit avec elle, car à cause de ça sa vie était en danger, si sans lui elle aurait peur, toutes ses pensées la troublée pendant leur avancer vers là où elle vivait. Elle avait un peu peur d'être une mauvaise personne et elle avait honte de ce qu'elle ressentait. Pourtant sans lui elle était obligé d'admettre qu'elle serait déjà morte, il venait de tuer tellement de monde, même là encore il en tuait, de manière beaucoup plus discrète mais elle n'était pas débile, et comprenait ce qu'il faisait, sans compter qu'elle connaissait les armes qu'il utilisait. Étrangement la peur avait disparut pendant qu'il avait reprit la route, c'était peur être lier au faite qu'avec lui à ses côtés elle ne risquait rien ? Surement, mais elle ne s'en rendait pas compte. C'était pas grave qu'il volait des vies, elle avait finit par s'y habituer, c'était un peu triste, mais sa vie à lui fallait beaucoup plus à ses yeux, un ange gardien peut-il fermer les yeux sur la mort d'autrui si cela permet à son protéger de continuer à vivre ? C'était un peu contre le principe d'un ange de la vie, mais parfois les sacrifices sont inévitable pour continuer à vivre et c'était leur cas actuellement. Sauf qu'au sein du Mugenjô c'était toujours beaucoup de mort pour peu de vie en contrepartie. D'ailleurs elle voulait en savoir sur les armes qu'il utilisait, mais elle remarqua qu'il se sentait mal, elle s'approcha de lui alors, la mine inquiète comme toujours. Elle le serra contre elle lorsqu'il tomba sur ses genoux, elle était inquiète, se demandant ce qu'il pouvait bien lui arrivé mais il était ailleurs.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Agon ! Agon ! Qu'est ce qui se passe ?


Hurlant de panique, il semblait ailleurs. Il finit quand même par revenir à lui mais pour une raison étrange elle ne perdait pas son sentiment de malaise, il y avait quelque chose qui clochait dans tout ça. Ce sentiment était justifier car son sang ce glaça au son d'un applaudissement, à peine eut-elle le temps de se retourner voir d'où le bruit venait que son compagnon la plaça derrière lui. Trop timide pour lui prendre la main, elle s'accrocha à lui, elle n'arrivait pas à cacher sa peur, elle avait un horrible pré-sentiment, et ne saurait l'expliqué. Non c'était pas vrai, elle se l'expliqua rapidement en vérité, dès que la silhouette qui s'avançait vers eux prononça le nom d'Agon et la façon qu'il avait de parler de lui. C'est vrai qu'il avait grandit ici comme elle, il était normal qu'il retrouve de vieille connaissance, mais là ce n'était pas quelqu'un qu'il aurait du retrouvé. Pour le coup elle avait la chance de vivre enfermer dans une cage et donc de ne pas risquer se problème puisque tout ceux qu'elle avait connu était aujourd’hui mort, que se soit ses amis ou ses bourreaux. La petite serra un peu plus son emprise lui le jeune garçon. Cet homme inconnue pour elle était effrayant, elle en avait vu pourtant des monstres, mais lui il avait une présence encore pire que les autres, déjà sûr il était d'une autre envergure que les gros bras des bas fonds qu'elle connaissait si bien. Jamais elle ne pourrait survivre face à quelqu'un dans son genre ! Mais Agon lui le pourrait-il ? Sa vie l'inquiétait plus que la sienne, elle ne se préoccupait même pas se sa propre vie, il n'y avait que lui qui comptait et lorsqu'il la poussa elle comprit. Ça lui faisait mal au cœur, elle était en colère contre elle même, elle se détestait vraiment à ce moment précis. Elle n'était qu'un poids, elle pouvait avoir tous les meilleurs sentiments pour qu'il ne lui arrive rien ça serait complétement inutile, dans ce genre de situation si on n'est pas fort on est une gêne, et c'était précisément son cas, la dégoutant. Elle n'avait pas envie de le laisser, mais elle savait qu'en restant là ça serait pire pour lui, elle partit alors, n'allant pas trop loin pour rester quand même proche de lui, tant pis pour ce qu'elle verrait, l'important c'était lui. Se mordant les lèvres, laissant le sang couler de sa bouche elle regarda si elle ne trouvait pas une petite cachette pour s'y réfugier. Pluto bien que jaloux et rancunier ne supporter par l'idée qu'elle meurt ici et maintenant, il n'avait même pas été responsable de l'arrivé de ce type louche et il avait comprit qu'il était d'un calibre bien dangereux et que les chances de survit des deux jeunes gens étaient minces. En modifiant la réalité il fit un trou dans un mur proche d'elle, il était asses grand pour qu'elle puisse s'y cacher et il était suffisamment proche de la scène qu'elle pourrait voir bien qu'avec difficulté. Elle tomba dessus rapidement et s'y introduit la peur au ventre pour Agon. Elle aurait tant voulu l'aider, elle avait honte, si honte …

Les bruits de balle fusaient, chaque détonation lui faisait comme un coup de poignard en plein cœur. Ne parlons même pas du rire sadique qui se mélangeait à la tragique ambiance sonore. Était-il blessé ? C'était-il prit une balle ? Toutes ses questions sans réponses étaient une véritable torture pour cet ange si fragile. La panique la prenait, elle arrivait plus à respirer, elle était tétanisée à en mourir sur place après l'avoir imaginer mort, gisant sans vie sur le sol recouvert de son sang. Au moins elle ne pouvait pas hurler dans cet état, ça lui éviterait de se faire repérer. Mais elle n'en pouvait plus, ne rien savoir était trop dure, elle sortit alors doucement sa tête du trou pour regarder ce qu'il se passer, son cœur serrer aller explosé, la peur de le voir blessé était insoutenable. La fumée la rassurait gère, sans compter le rire de cet homme sordide, elle était littéralement effrayé, tout ce sang, c'était trop pour elle. Lorsqu'elle vit l'homme criblé de balle courir vers lui avec une dague, elle hurla le nom de son ami, mais celui-ci ne faisait rien, il resta là immobile, son arme tendu sans le moindre mouvement. Elle commença alors à sortir mais s'arrêta net en voyant le crâne de l'ennemie explosé laissant pour vision Agon vomissant du sang. L'effroi l'envahissait, et elle resta figée un moment avant de s'avancer un peu plus, lentement à cause du choc. Elle ne pouvait détourner son regarde d'Agon, il était recouvert de sang, totalement blessé, surtout au ventre visiblement, comment pouvait-il sourire ? Comment pouvait-il dire ça si facilement ? À ses mots elle revient à elle-même oubliant toute peur, les larmes montant à ses yeux. Il était toujours le même, recouvert de sang, mais toujours le même, disant comme tout à l'heure une bêtise pour détendre l'atmosphère. Sans un mot elle le regarda, son envie de pleurer était trop forte, et plus elle le voyait s'approcher d'elle, plus son cœur la déchirait, explosant lorsqu'elle le vit tomber a genoux les yeux humides.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
J'ai cru que j'allais te perdre ! Idiot !!! Me fait plus jamais ça.


Elle courut vers lui et le serra fort, collant sa tête contre son buste, tant pis si elle salissait le pull qu'il lui avait offert avec le sang qui recouvrait le visage du garçon. Cette fois-ci elle pleurait sans la moindre retenue. Après un petit moment, elle l'obvers mieux prenant le visage du jeune homme dans ses mains, il y avait tant de sang … l'ange lui caressa les joues avant de l'enlacer tendrement, elle ne pleurait plus autant, elle c'était un peu calmer, mais c'était comme si elle pleurait encore tellement elle était triste de le voir dans un tel état. Elle l'aida à se redresser, dans un état rester à découvert était vraiment dangereux, et une prochaine attaque leur serait forcément mortelle. Elle reprit alors la marche, servant d'appuis à son ami pour qu'il puisse marcher, priant fort pour que Pluto laisse l'entré ouverte. Il y avait une marque sur un mur, enfin une entaille des plus banales, mais la mécanicienne qu'elle était, était capable de reconnaître cette marque faite avec une clé de douze. C'était l'entré officiel dirons nous de son lieux de vie.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Ça va aller pour toi ?


C'est vrai que dans son état marcher ne devait pas être facile, bien au contraire même. La petite espérait vraiment trouver rapidement l'entrée de chez elle, c'est le seul passage qu'elle était capable de transformer. Longeant les murs sans un bruits, en très peu de temps elle retrouva sa marque sur le mur, elle sourit toute heureuse, un sentiment de soulagement l'envahit. Elle posa alors sa main sur la marque, surveillant que personne ne les regarde et ferma les yeux pour ce concentrer. Là elle fit apparaître une porte, elle n'était pas très doué encore en modification de la réalité, c'est pour cela qu'elle s'était fait un point de repaire, car sinon elle n'arrivait à rien. Touchant la poignée de la porte, ils se retrouvèrent instantanément dans une grand pièce délabré, d'un blanc salé et taché par les années. C'était là qu'elle vivait, la pièce était très vaste avec juste un lit miteux, des vitres dégueulasses par l'usure faisait comme une verrière sur l'un des murs. Mais surtout ce qui impressionnait le plus c'était l'immense ordinateur qui gisait dans la pièce, il était géant, et il fallait bien puisqu'elle était capable de s'y connecter et qu'un fauteuil était installer comme s'il était un mécha digne d'un bon manga.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Pluto !!! Pardon d'arrivé si tard mais on a eut des ennuies ! Je te présente Agon, et Agon je te présente Pluto dont je t'ai parler ! Aller vient je vais te soigner ! 


Son sourire enfantin était revenu, elle était contente d'avoir retrouver Pluto, mais celui-ci n'émit qu'un simple « bip » et écrivit « bon retour » sur son écran. Sur le coup elle se dit juste qu'il était trop timide pour parler en présence d'un inconnu, c'était le premier qui venait ici après tout. Puis elle partit avec Agon en direction de la salle de bain, le seul lieux propre de son habitat, en même temps il n'y avait que deux pièces. Elle le laissa s'installer près de la baignoire, pour qu'elle puisse s'occuper de lui, cherchant pendant se temps une serviette, et tout autre chose utile pour le soigner. Lorsqu'elle reposa son regard sur son corps en mauvais état elle retrouva son air triste, ça lui faisait mal, et doucement elle s'approcha de lui pour nettoyer toutes ses plaies.


 
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Ça va ? Elles sont vraiment horrible ses blessures ...


Voici Pluto
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Si l'ironie était faite de framboises, nous aurions de quoi faire un certain nombre de tartelettes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: It's too easy ~ Dim 19 Fév - 4:03




Agon Miaki




    Mugenjô – Belt Line



    « Non seulement Dieu n'existe pas, mais essayez de trouver un plombier un dimanche. »

    Woody Allen.


    Sai, le bras droit de Huu, ancien chef du gang qui m'avait recueillit. Alors qu'Agon devait faire face à ses démons, un combat acharné débuta. Agon en sortit vainqueur de justesse à cause du manque de lucidité. Néanmoins deux balles l'ont blessées, et le retour chez Nana semble un peu plus difficile que prévu..


I Want To Break Free – Queen.



« ~ What’s up ~ »



Notre passé, aussi misérable qu’il soit, ou même, aussi merveilleux qu’il aurait pu être, tout cela reste une partie de nous. Nous voulons tous l’oublier, le laisser au fond de notre mémoire, essayant de ne plus le faire apparaître dans nos vies. Malgré ça, on est tous un jour ou l’autre confronté à ce dernier, à l’exposition de celui ci. C’est inévitable, fatal. Mon passé, il revenait tous les jours un peu, m’envahissant la tête, il ne passa pas une seconde sans que j’y pense, ne serait-ce qu’un petit peu. Quelle époque marquante en même temps, âgé à peine de quinze ans et déjà socialisé à tuer, à assassiner sans regrets, sans remords, sans aucun états d’âme, juste de sang froid. La honte, la gêne, l’angoisse, voilà des sensations que j’avais pu ressentis, des sentiments presque inconnus pour moi. Mon passé était quelque chose d’horrible, je fréquentais des gens comme Sai, certains étaient moins sadique, d’autres pires encore, au milieu de personnes comme cela il est impossible de réellement s’en sortir. Et pourtant j’avais essayé, je m’étais enfuis, je n’étais jamais allé trop loin, mais je n’étais plus enfermé. Je vivais ma pseudo liberté. C’est bête, mais être à l’extérieur des murs du Mugenjô, me rendait plus humain. Enfin, je dirais plutôt moins monstrueux. Le château de l’infini avait une certaine emprise sur la réalité, c’était comme une propre volonté, même si la plupart savait que quelqu’un ou quelque chose devait jouer sur ça à Babylone City. Bref, le château avait une emprise sur tout ce qu’y se trouvait à l’intérieur de ces murs, et j’en faisais partit. Bien que notre arrivée est été ponctuée par trois hommes faibles et un monstre pas des plus féroce, le reste fut plus compliqué. Ce n’était pas comme si je m’y attendais pas vraiment, mais j’aurais espérer ramené Nana avant. Cela avait dut être assez moche à regarder, comme un spectacle qu’on vous force à voir alors que la seule chose que vous voulez c’est de fermer les yeux, s’échappant dans votre imagination, et ne pas voir ce massacre, fuir loin grâce à l’esprit..

J’avais totalement perdu le contrôle. Je n’avais plus aucun impact sur mes désirs, ma mission, je n’avais plus rien en tête d’autre que le sang, la mort et donc, les cadavres. Ma tête sifflait, et c’était comme un film de ma vie, un court métrage relatant tous mes assassinats, racontant comment j’ai fais coulé ce sang là, ce sang ci, montrant les images toutes les plus horribles les unes que les autres. Et cela se répétait, encore et encore. Je pense que ça à été à partir de là que mon esprit est devenu trop faible face à mes instincts. Dès lors que Sai est arrivé, ricanant, souriant comme un demeuré, je ne pouvais plus reculé, comme si j’étais obligé de péter un plomb. J’avais retrouver mon calme et mes esprits lorsque je pus apercevoir Nana. J’avais réalisé quelque chose, et j’avais écouter ces paroles, après tout, il n’en tenait qu’à moi de me sortir de là. Je me souvenais de son sourire innocent, de ces paroles pures, presque naïves, ne se rendant pas compte que toute cette beauté était impossible ici. Cependant, lorsque je la vis, j’eus envie d’y croire, rien qu’une seconde. J’ai eu envie de croire que le Mugenjô pouvait changer un peu, et, je me suis dis que sans Sai, je le nettoyais au moins d’une personne malsaine, je détruisais l’ordure de la poubelle, et il ne me fut que quelques secondes, une fois mon bras bien tendue, il courait vers moi, serein, et alors qu’il allait jeter sa lame sur moi, me tranchant la carotide, j’avais mon canon à quelques centimètres de son crâne. C’était lui, ou moi, la balle n’eut besoin que de quelques millièmes de secondes pour atteindre son front. Tournant d’une vitesse folle, elle tournoyait de plus en plus vite, la pointe perça la peau et l’os du crâne. La vitesse de rotation broya aisément les alentours de l’impact, faisant giclé son sang. La suite de la course fut à peu près similaire, sauf que le sang doublait de quantité et qu’il se mélangeait à la matière grise de mon adversaire, désormais mort, une trou énorme dans la tête, totalement broyé. J’avais réussi, mais aujourd’hui n’avait pas été une bonne journée, j’avais pris trois balles en tout. Bordel !

Alors que mon épaule gauche était bien amochée mais qu’il suffisait juste à recoudre, mon ventre, lui, pissait le sang en bonne quantité. J’avais essayé tant bien que mal avec ma chemise d’arrêter le saignement, mais cela n’était pas vraiment tâche aisée. Alors que je m’excusais lamentablement de mon comportement, Nana courut vers moi, m’enlaçant, les larmes coulaient à flots sur son visage. Personne ne s’était autant occupé de moi, en étant aussi inquiète, mes yeux brillaient, me retenant de lâcher une larme, étant serein pour la suite. Elle m’aida à me relever, elle me servait d’appuis pour que je puisse avancer, sans trop la ralentir. On devait se dépêcher, le château finirait bien par envoyé quelque chose ou quelqu’un d’autre à notre poursuite, et si cela arrivait, je n’aurais pas autant de chance. Alors qu’elle s’inquiétait encore et encore, j’acquiesçais à tout ses « ça va ». Elle semblait apeurée, vraiment inquiète, c’était touchant, vraiment touchant. On arrivait enfin chez elle, son logement était petit, sale, et miséreux, comme on pouvait s’y attendre d’un logement dans le Mugenjô, et puis pour l’endroit, c’était même plutôt propre et gentillet. Je découvris alors qui était ce Pluto. Je savais que c’était un ordinateur, robot, bizarre, mais je ne m’attendais pas à ça. Pluto était une machine, énorme, entouré d’une centaine de fils, avec trois yeux rouges. Il était presque menaçant, mais je laissais Nana conduire la marche. Alors qu’elle le saluait, je me contentais de lui envoyer un « Yô », après tout, machine ou pas, je squattais un peu, je pouvais au moins être poli. Nous arrivons dans la salle de bain, et je m’assis près de sa baignoire, elle m’apportait tout ce qu’elle avait, et ça suffirait pour le retour chez moi, ou je pourrais mieux me soigner qu’ici. Elle s’inquiétait sur mes blessures. Je relevais la tête, la regardant, et prit la parole.



« Oui ça va aller, t’inquiète pas, par contre, ferme les yeux, et ne les ouvre pas avant que je te le dise.. »


Une fois qu’elle m’écouta, je commençais l’opération de moi même. Recousant plus facilement l’épaule, je me hâtais de poursuivre sur la blessure de mon ventre. Elle avait déjà essuyer les plaies, il ne me restait plus qu’à sortir la balle de mon ventre. Bien que la souffrance était belle et bien là, je me mordais la lèvre de toute mes forces pour ne pas crier, en effet, si j’avais gueulé, Nana aurait ouvert les yeux et ce n’était pas forcément une scène agréable. Une fois enlevé, je me sentais bien plus léger, et la suite des opérations purent être effectuées. Je lui annonçais qu’elle pouvait regarder, lorsque je finissais d’essuyer le sang restant. Je la regardais, et décidais de lui répondre à une question, à une demande même, à laquelle il n’avait pas répondu, la gardant en tête..



« Voilà pourquoi je ne t’emporterai pas dans ma fuite du passé... »


Je finissais sur un sourire sympathique et me relevais. Je me tenais mon ventre, retournant avec Nana vers l’entré. Je n’allais pas tarder à repartir.



Revenir en haut Aller en bas
Aria Zanelli

Admin explosive

avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 11/11/2011

MessageSujet: Re: It's too easy ~ Dim 19 Fév - 14:45

Quoique tu dise, je ne veux pas te laisser seul


La folie … au fond qu'est ce que la folie ? Une chose hors normes qui ne rentraient pas dans la notions général de normalité qui a été instauré par des hauts dirigeant et intellect autoproclamé ? C'est ça après tout, qui avait décidé de ce qui était normal et ce qui ne l'était pas ? Sur quoi c'était-il basé pour juger les choses et les actes ? Cette personne avait-elle joué les dieux se jugeant supérieur à tous pouvant ainsi imposer sa propre vision du monde à son peuple les forçant à obéir à ses règles de vie qu'il leur imposait alors ? Une fois elle se souvient avoir entendu parler de cet homme du nom de Moise, sous prétexte qu'il pouvait parler à Dieu, il avait pu diriger tout un peuple et leur avait imposé dix règles de vie qu'ils ne devaient jamais bafouer. La petite c'était toujours demandé si c'était vrai cette histoire, et comment un homme juste parce qu'il entendait des voix pouvaient se retrouver à diriger tout un peuple. Le peuple étant alors des esclaves et ayant perdu tout espoir de liberté était-il devenu capable de croire même la pire des idioties juste pour continuer à avoir un tout petit peu d'espoir d'une vie meilleure ? C'est étrange de ce dire qu'on est capable de croire un mensonge juste pour continuer à nourrir un espoir à moitié meurtrie, faut-il forcément avoir de l'espoir pour continuer à vivre et avancer dans la difficulté ? Le Mugenjô a-t-il donc aussi besoin d'un messie comme Moise pour s'en sortir ? Qui serait capable d'endosser se rôle, il fallait être beau parleur mais aussi avoir les épaules pour prendre la responsabilité de ses dires et de tous les fidèles qui allaient justement boire ses dites paroles. Si jamais elle réussissait à trouver une telle personne, est ce que ça aiderait les habitants du château ? Seuls les faibles seraient susceptible de suivre le gourous au fond.

Mais revenons à la folie, si la personne qui avait imposer sa vision général du monde c'était trompé, ce qu'on juge aujourd’hui de folie serait peut être une chose normal ? Tout dépendait enfaite des normes et limites imposés à autrui. Mais comment expliqué que le monde entier, au du moins toutes les sociétés dites civilisés aient les mêmes normes ? Est ce que tous les êtres c'étaient réunis pour faire une notion général ? Dans quel but ? Il y avait plein de notion de la vie qui échappait à la petite jeune fille qui était bien trop naïve pour comprendre toutes les subtilités du monde extérieur, car oui au seins du château tout était différent. Là où elle avait grandit il n'y avait aucune limite, aucune norme, tout était normal et banale, si dehors on disait que les meurtres étaient interdit parce que commettre un crime était mal, ici c'était normal voir même obligatoire. Ici c'était l'inverse de l'extérieur, un monde sans limite en proie à la folie. Et si au final c'était ça la folie ; ne pas avoir de limite ? Devait-elle donc en conclure qu'elle aussi l'était ? Dans un certain sens il était évident qu'elle l'était, elle était totalement en marge du Mugenjô, ce domaine n'était que violence alors que elle n'était que douceur. Oui un ange n'avait rien à faire en enfer, il y était étranger n'ayant rien a y faire, pourtant elle était bien là et elle y restait. Si c'était ça sa folie ? Rester dans un monde qui ne lui ait pas destiné ? Rester dans l'horreur et espérer qu'un jour cela puisse se changer en un champs de fleure ? Terrer dans son trou comme un vulgaire rat, échappant ainsi au combat, elle se demandait si elle aussi un jour finirait dévorer par l'ambiance du Mugenjô la transformant en un monstre comme cet homme qui venait de les attaquer. Après tout, même Agon avait été contaminé par la démence.

Pourtant qu'il soit possédé par la démence ne lui faisait nullement peur, elle avait confiance en lui même lorsqu'il était dans cet état, elle souffrait juste de le voir ainsi. Sans compter sa peur qu'il lui arrive quelque chose et sa frustration d'être d'aucune aide pour lui. Sagement dans son trou, ses ailes étaient bien trop petites pour protéger Agon, la forçant alors à devoir attendre patiemment qu'il gagne son combat, car oui pour la petite il était impensable qu'il meurt, elle se refusait à cette idée. Ses yeux avaient vu trop de proche mourir, elle ne supporterait pas d'en voir un de plus, elle en mourrait surement. C'est étrange qu'on puisse autant s'attacher à quelqu'un en si peu de temps vous ne trouvez pas ? Quoiqu'il en soit il avait vaincu son ennemie, explosa la tête de ce dernier sous le regard de Nana. Se jetant en pleure contre lui elle l'aida ensuite à reprendre la route jusqu'à chez elle, là elle lui présenta le fameux Pluto avant d'aller lui apporter de quoi se soigner. Il était tellement ensanglanté qu'elle avait mal à l'intérieur d'elle, elle n'avait déjà pas supporter sa blessure à l'épaule, alors là c'était pire. Si elle n'était pas habitué à ce genre de vision elle se serait sans nulle doute évanouit mais il fallait qu'elle soit forte pour nettoyer ses plaies. Lorsqu'il lui demanda de fermer les yeux elle le regarda avait un air inquiet avant de s'exécuter, fermant ses yeux de manière forcé, elle se doutait de ce qu'il faisait et même si elle ne voyait rien, son esprit imaginait facilement ce qu'il faisait imaginant même sa douleur ce qui avait pour effet de lui faire ressentir la même chose. Lorsqu'il eut enfin fini se se soigner, elle le regarda tristement, le voyant essuyer le sang, il y en avait tant … en voyant ça elle ne pouvait s'empêcher de s'en vouloir, sans elle il se serait pas dans cette état. Sans compter que ce qu'il lui la rendit aussi triste que la vue de ses plaies.

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Je n'ai pas peur ! Je veux pas te laisser, je veux pas qu'il t'arrive quelque chose, et puis tu l'a dis toi même qu'il ne fallait pas être seul, alors assume tes dires ! Donc je te laisserais pas seul !


C'est vrai ça, c'est lui qui avait dit qu'il ne fallait pas être seul alors elle n'allait pas le laisser après qu'il lui ait apprit ça ?! Sans s'en rendre compte, dans un geste de réflexe elle le serra contre elle, doucement pour ne pas lui faire de mal, il avait suffisamment subit comme ça pas besoin d'en rajouter, surtout avec un geste qui se voulait affectueux. Les larmes aux yeux elle souffrait de ne pas être plus utile pour lui. Puis elle finit par le raccompagné vers l'entrée même si elle n'avait pas envie qu'il parte. Pluto les regardait sans rien dire, les deux étaient trop proche, il avait envie d'effacer ce garçon, son existence lui était insupportable, malheureusement ce n'était pas un être créer par le château il ne pouvait donc pas l'effacer comme un vulgaire site web, pour le faire disparaître il faudrait le tuer, mais pas en présence de la petite, elle ne l'autoriserait jamais à commettre ce crime. Une chose était sûr, Pluto surveillerait de près, très près même ce garçon, tout comme elle d'ailleurs, il ne fallait pas qu'elle s'attache de trop à ce garçon, il le lui interdisait, silencieusement pour le moment mais il le lui ferait comprendre tôt ou tard.

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Tu sais tu peux rester ici le temps que tu aille mieux, si tu te fais encore attaquer tu n'y survivra pas dans ton état ...


Avec tout ce qu'ils leur étaient arrivé pour venir jusqu'ici, elle n'osait pas imaginer ce qu'il lui arriverait s'il devait faire le chemin inverse, surtout que cette fois il était bien trop amoché pour survivre à autant d'attaque, ça lui faisait peur. Son ventre la faisait souffrir, comme si ses tripes se broyait sous l'effet de la peur de ce qu'il lui arriverait lorsqu'il franchirait le seuil de la porte. Sans compter qu'elle avait peur d'être séparer de lui. À ses paroles Pluto émit une sonorité comme un bug, s'il avait été un être humain normal ça aurait été comparable à quelqu'un qui s'étouffe à cause de ce qu'il venait d'entendre. Imaginer que ce garçon puisse dormir ici était horrible, il ne supportait pas cette idée, mais il ne voulait pas montrer sa jalousie à son ange précieux. Il faudrait qu'il trouve vite une solution pour mettre un terme à leur relation.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Si l'ironie était faite de framboises, nous aurions de quoi faire un certain nombre de tartelettes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: It's too easy ~ Dim 26 Fév - 20:07

♣ Au revoir, et à bientôt ♣



La main sur ma douleur, comme si le simple contact de ma chair sur cette partie où il en manquait allait me sauver, me rétablir. Encore une fois je me retrouvais dans une situation assez urgent, et je n’avais pas de matériel de soins sur moi. Le bandage n’allait pas tenir des heures, et le refaire encore et encore et abusé de l’hospitalité. Puis, tout cela n’avait été engendré que par ma faute, mon retour devait être plus calme, j’ai réussi à m’en tirer, et mes armes étaient recharger. Debout, je regardais Nana, ne voulant pas la blesser, je réfléchissais à comment lui répondre. Elle était attachante, très gentille, peut être même un peu trop gentille. Elle voulait m’aider, mais elle ne pouvait rien y faire, et aujourd’hui en était encore la preuve. Tous ces risques étaient dut à mon retour au Mugenjô, comme si je ne pouvais plus faire marche arrière, que la malédiction resterait tout le long de mon existence. Je prenais cela comme ça, même si la vérité pouvait être bien plus loin. Je ne pouvais pas garder une enfant tel que Nana avec moi, ce serait trop dur, tous mes principes, tout ce que je sais faire, ma vie, mon métier, tout ça, j’étais bien obligé de poursuivre cette voie. Avec Nana à mes côtés, elle changerait, sa vision du monde se transformerait en quelque chose d’horrible, tout comme je la vois moi aujourd’hui. Personne n’avait souillé cette jeune fille, son esprit était pur, ses actes innocents et ses ailes blanches et étincelantes. Je ne voulais pas être le démon, par être cet exemple, ce mauvais exemple.

Je fermais les yeux, ne sachant quoi dire. Elle me proposa de rester, et j’entendis un bip venant de Pluto, la machine. Jalousie ? Je ne pouvais définir la réaction de cet appareil gigantesque. Ce n’était qu’un robot, elle avait l’air d’y tenir, mais il ne m’inspirait pas confiance. Je m’étais toujours méfié des appareils électroniques, surtout au Mugenjô, enfin, uniquement dans le château de l’infini. Tous ces robots, toutes ces choses pouvaient être des outils pour perpétuer le malheur de l’endroit, j’avais l’impression que tous les appareils comme Pluto nous observaient, nous épiaient, prêts à nous sauter dessus, imposant la volonté de celui qui doit diriger l’endroit. j’étais assez fatigué, mais il fallait que je me hâte. Je retournais dans la salle d’eau, remettant un peu de bandage par dessus, histoire qu’ils imbibent bien tout mon sang. J’avais pas mal perdu de ce liquide si précieux, mais je devais me dépêcher. Je reprenais mes affaires, et regardait Nana, une dernière fois. Restant debout, n’ayant ni le courage, ni la force de m’accroupir, je pris la parole.


« Il n’est pas question d’avoir peur. Certes, il ne faut pas être seul. Mais il est trop tard pour moi, ne t’enlises pas dans mes erreurs.. »

Je lui souriais, comme si tout allait pour le mieux. Ce n’était pas réellement le cas, mon existence allait peut être se finir dans les prochaines heures. Je déposais une enveloppe que j’avais garder sur moi. Je remettais correctement mes habits, et finissais mes mots, avant de tourner le dos.

« Il y a un peu d’argent dedans, achète au fur et à mesure que tu sors, passe me voir quand tu veux. »

Je gardais mon sourire, laissant croire une nouvelle fois que tout irait pour le meilleur. Je tournais donc enfin le dos, faisant un signe de main pour dire au revoir, et me dirigeais vers la sortie. Le chemin du retour fut plus calme, seulement quelques connard pensant pouvoir m’affaiblir encore plus. Cette fois ci, par contre, je courrais. Tirant sur toutes les personnes s’approchant à au moins cinquante mètres de moi. Je ne devais pas prendre de risques, et me dépêcher. Je ne mis qu’une petite heure pour me sortir du Mugenjô. Reprenant la route à l’aller, j’étais essoufflé, les bandages ne faisaient plus aucun effets sur mes blessures, et la souffrance emprisonnait mes membres. Malgré ça, j’étais heureux, fier d’être en vie, et heureux d’avoir rencontré Nana. Souriant je rentrais chez moi, titubant, tenant ma blessure encore plus fortement, et fumant comme un pompier, essayant de me faire oublier la douleur. Le sang coulait, mais à cette heure ci, personne de sain de visitait Shinjuku. Une fois rentré, je soignais mes blessures, reprenant ma mallette de premier soins et recousant mes plaies. Je repensais à la jeune fille, souriant, j’attendais de la revoir, presque impatient..

Ps : désolé du post mais j'ai peu de temps donc je conclus comme prévu, même si je le fais un peu rapidement ~ Désolé ♥
Revenir en haut Aller en bas
Aria Zanelli

Admin explosive

avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 11/11/2011

MessageSujet: Re: It's too easy ~ Lun 27 Fév - 15:15

Tu me manque déjà ...


A quoi cela pouvait bien servir d'avoir de grand ailes blanches si on ne peut même pas protéger ceux qu'on aime ? Lui il avait tout fait pour elle, il l'avait sauvé, protégé et ramené chez elle sans qu'il lui arrive quoique se soit, mais en échange elle n'avait rien pu faire. Nettoyer ses blessures ? Non c'était ridicule en comparaison. Une honte mélanger à une frustration prenait place dans son cœur, la faisant doublement souffrir de son proche départ. Oui il allait bientôt partir, et même si elle voulait le retenir elle ne pouvait pas, elle essayerait mais sans une complète motivation à cause de ses sentiments négatifs. Est ce qu'un jour elle arriverait à devenir plus forte pour pouvoir le sauver ? Et même qui sait sauver tout le monde ? En réalisant qu'elle ne pouvait pas l'aider plus elle se sentait toute petite face au Mugenjô, l'emprise que ce château avait sur lui était bien trop forte, comme sur le reste des habitants, son champs de fleurs resplendissant lui paraissait soudain lointain. Mais au moins cela lui montrait qu'il fallait qu'elle devienne forte, plus forte jusqu'à ce que ses ailes soient capables de tout protéger, jusqu'à sauver entièrement le château de l'infini du destin que lui réserve les archives.

Tentant de le faire rester, elle attisa la jalousie de son ami robotique, bien qu'elle n'y prêta pas attention, son esprit était bien trop embrumé par la tristesse de son départ pour s'intéresser à un simple signal informatique. En même temps il était invraisemblable dans la tête de la petite que son ordinateur puisse éprouver un amour assez fort pour être jaloux de la présence d'un autre dans leur lieux de vie, et qui plus est un homme, le mettant ainsi directement en concurrence entant qu'être masculin. Ce genre de sentiment était bien trop compliqué pour elle qui au final ne connaissait vraiment rien à la vie. Ses yeux étaient perlés de larmes et elle se forçait à ne pas éclaté en sanglot comme une enfant, elle le regarda pendant qu'il lui parlait avant de baisser les yeux sur le sol. Le regarder en sachant qu'il partait lui faisait bien trop mal, et elle ne pouvait soutenir son regard et encore moins son sourire qui tendait de tire que ça allait bien alors que rien n'allait bien justement.

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
C'est pas vrai il est jamais trop tard, je te le prouverais.


En disant ça elle essayait de se donner de l'assurance aussi difficile soit-il pour elle, mais aussi elle voulait lui montrer que les erreurs ne sont pas définitive et qu'on peut toujours les changer. Elle était surement trop optimiste sur le monde. Agon lui donna une enveloppe en lui expliquant qu'il y avait de l'argent dedans, elle aurait bien refusé si elle n'était pas aussi chamboulé par la situation, trop triste pour même répondre quoique se soit de bien cohérent ou de long, ce contentant d'une phrase simple. Enfaite si elle avait fait quelque chose de long elle aurait craqué avant qu'il ne s'en aille.

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Je … passerais promit ...


C'était dure se retenir de l'empêcher de partir, elle faisait de gros effort pour ne pas lui courir après, le regardant s'éloigner. Lorsqu'il disparut de son champs de vision elle explosa en sanglot, se laissant tomber sur les genoux. Puis d'un coup, après avoir bien hurler de chagrin, elle se traina avant de courir jusqu'à son ami, le suppliant de lui montrer les vidéo du chemin qu'allait prendre Agon. Pluto ne dit rien au début, il avait prévu de le tuer en envoyant des monstres sur son chemin, mais il se disait que s'il ne lui montrait rien elle trouverait ça suspect, il se sentit donc obligé de le faire. Sur plusieurs écran s'affichait alors le parcours de son ami, empêchant ainsi Pluto de faire quoique se soit pour lui nuire, à chaque fois qu'elle sentait qu'il allait tirer elle fermait les yeux comme il le lui avait apprit durant leur venue ici. Rassurer de savoir qu'il avait pu sortir vivant, elle grimpa sur la machine qu'était Pluto et s'endormit sur le fauteuil qui s'y trouvait, enfin fauteuil était un grand nom c'était l'endroit où elle se branchait à lui à même la chaire. Sauf que cette fois elle y allait parce qu'elle était bien trop attristé pour dormir seule et bien qu'il ne soit qu'une machine froid, en étant si proche de lui, elle se sentait un peu moins seule. Ce dont elle avait besoin. Même si elle venait juste de rencontrer Agon, elle souffrait déjà de son absence.

Ps : Ce n'est pas grave ♥ Je pense le déplacer à Belt Line vu qu'une bonne partie du rpg s'y passe non ?

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Si l'ironie était faite de framboises, nous aurions de quoi faire un certain nombre de tartelettes.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: It's too easy ~

Revenir en haut Aller en bas

It's too easy ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» easy come easy go ♠ jesse st james
» EASY CANICHETTE NOIRE 7 ANS TRESOR DE VIES 59
» Jake Aaron Buckley
» LILY ❝ easy as a kiss we'll find an answer.
» Je sais... vous en avez marre de mes problèmes de site web...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'affaire Woodsmoke :: Zone calme :: Corbeille-